St Hubert, une stratégie résolument orientée santé.

Le 14 novembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La PME lorraine, n°2 du marché de la matière grasse, investit des segments encore inexploités. D’une part, la marque tente d’allier plaisir et santé avec sa margarine « St Hubert 5 céréales » ; d’autre part, elle profite de la notoriété de St Hubert oméga 3 pour ouvrir un nouveau segment dans l’univers des préparations culinaires.

Deux innovations de rupture pour la fin d’année 2011.

st hubert oméga 3 (1)St hubert omégas 3 (2)Capitalisant sur le succès de St Hubert Oméga 3 dans l’univers des margarines, l’entreprise lorraine s’intéresse aux aides culinaires en proposant une alternative végétale à la crème fraîche. Le produit contient de l’huile de colza qui se substitut à la matière grasse, et du lait écrémé, apportant ainsi les protéines mais pas les lipides du lait.

La marque propose cette « crème » en version épaisse avec 20 % de matière grasse et en version fluide avec 15 % de matière grasse. St Hubert offre ainsi la possibilité de cuisiner une matière grasse végétale, riche en oméga 3, sans cholestérol et avec peu d’acides gras saturés.

St hubert céréalesEn parallèle, la PME lance St Hubert 5 céréales, associant margarine et céréales (blé, orge, avoine, seigle, millet). Ce produit, alliance de plaisir et de santé, contribuerait à l'amélioration nutritionnelle du petit déjeuner en réunissant les bienfaits de la matière grasse végétale (allégée en graisse, riche en acides gras essentiels et vitamine E) et ceux des céréales (riches en fibres, glucides complexes, protéines végétales…).

L’allégation "participe au bon fonctionnement cardio-vasculaire et au maintien d’un niveau normal de cholestérol" figure sur le pack.

A noter que cette margarine est disponible en version "doux" (225g ou 450g) et "demi-sel" (225g). Grâce aux céréales, la marque vise la catégorie des 30-45 ans et rajeunit ainsi sa cible.

Face à la multiplication des discours, le consommateur exige des produits qui apportent un bénéfice clair.

Fin NesfluidL’exemple de Nesfluid témoigne peut être de cette lassitude du client face aux arguments santé « trop compliqués ». Cette réelle innovation, "A chacun son hydranutrition", était peut-être trop sophistiquée pour répondre aux besoins de naturalité et de simplicité du consommateur actuel.

 

Oméga 3, une promesse aujourd’hui bien comprise des consommateurs.

St Hubert omégas 3Selon une étude menée par un Groupe d’Etudes et de Recherche Marketing Santé (GERMS) de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) (*), les aliments les plus représentatifs des aliments santé pour les consommateurs sont « des aliments bons pour la santé » : les fruits et légumes (78 %), les produits riches en Oméga 3 (71 %) et les produits riches en fibres ou en vitamines (67 %).

En effet, plus des deux tiers des Français connaissent ces acides gras via la publicité, les emballages ou la presse.

Les omégas 3 peuvent donc se prévaloir aujourd’hui d’un bénéfice santé perçu. Leur seule évocation –ici dans la dénomination du produit- suffirait alors à convaincre le consommateur.

 

(*) Titre de l’étude : Les consommateurs face aux aliments santé, « Freins, motivations & intentions ».

A lire également

Crème glacée et diététique ne sont plus antinomiques… La gourmandise sans culpabilité.

Le 27/03/2017

En Europe la décision est prise quant à l'étiquetage nutritionnel mais elle ne fait pas l'unanimité… Chez Halo Top pas de code couleur mais un nombre, occupant une place majeure sur le pack : celui de la valeur énergétique. Pas de complexes pour cette marque de crèmes glacées qui annonce fièrement, en front-pack, le nombre de calories par pot.

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.