St Hubert, une stratégie résolument orientée santé.

Le 14 novembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La PME lorraine, n°2 du marché de la matière grasse, investit des segments encore inexploités. D’une part, la marque tente d’allier plaisir et santé avec sa margarine « St Hubert 5 céréales » ; d’autre part, elle profite de la notoriété de St Hubert oméga 3 pour ouvrir un nouveau segment dans l’univers des préparations culinaires.

Deux innovations de rupture pour la fin d’année 2011.

st hubert oméga 3 (1)St hubert omégas 3 (2)Capitalisant sur le succès de St Hubert Oméga 3 dans l’univers des margarines, l’entreprise lorraine s’intéresse aux aides culinaires en proposant une alternative végétale à la crème fraîche. Le produit contient de l’huile de colza qui se substitut à la matière grasse, et du lait écrémé, apportant ainsi les protéines mais pas les lipides du lait.

La marque propose cette « crème » en version épaisse avec 20 % de matière grasse et en version fluide avec 15 % de matière grasse. St Hubert offre ainsi la possibilité de cuisiner une matière grasse végétale, riche en oméga 3, sans cholestérol et avec peu d’acides gras saturés.

St hubert céréalesEn parallèle, la PME lance St Hubert 5 céréales, associant margarine et céréales (blé, orge, avoine, seigle, millet). Ce produit, alliance de plaisir et de santé, contribuerait à l'amélioration nutritionnelle du petit déjeuner en réunissant les bienfaits de la matière grasse végétale (allégée en graisse, riche en acides gras essentiels et vitamine E) et ceux des céréales (riches en fibres, glucides complexes, protéines végétales…).

L’allégation "participe au bon fonctionnement cardio-vasculaire et au maintien d’un niveau normal de cholestérol" figure sur le pack.

A noter que cette margarine est disponible en version "doux" (225g ou 450g) et "demi-sel" (225g). Grâce aux céréales, la marque vise la catégorie des 30-45 ans et rajeunit ainsi sa cible.

Face à la multiplication des discours, le consommateur exige des produits qui apportent un bénéfice clair.

Fin NesfluidL’exemple de Nesfluid témoigne peut être de cette lassitude du client face aux arguments santé « trop compliqués ». Cette réelle innovation, "A chacun son hydranutrition", était peut-être trop sophistiquée pour répondre aux besoins de naturalité et de simplicité du consommateur actuel.

 

Oméga 3, une promesse aujourd’hui bien comprise des consommateurs.

St Hubert omégas 3Selon une étude menée par un Groupe d’Etudes et de Recherche Marketing Santé (GERMS) de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) (*), les aliments les plus représentatifs des aliments santé pour les consommateurs sont « des aliments bons pour la santé » : les fruits et légumes (78 %), les produits riches en Oméga 3 (71 %) et les produits riches en fibres ou en vitamines (67 %).

En effet, plus des deux tiers des Français connaissent ces acides gras via la publicité, les emballages ou la presse.

Les omégas 3 peuvent donc se prévaloir aujourd’hui d’un bénéfice santé perçu. Leur seule évocation –ici dans la dénomination du produit- suffirait alors à convaincre le consommateur.

 

(*) Titre de l’étude : Les consommateurs face aux aliments santé, « Freins, motivations & intentions ».

A lire également

Les graines s'inscrivent dans les tendances naturalité, nutrition et nouvelles expériences organoleptiques.

Le 15/06/2017

A l'heure où la nutrition fait la part belle aux aliments "naturellement riches en", les graines ont leur carte à jouer. Utilisées en topping, elles apportent originalité, croquant, saveurs et possèdent par nature des vertus nutritionnelles. Place à l'innovation par l'usage pour apporter de la praticité et multiplier les moments de consommation.

La jacque : nouvel ingrédient "star" qui introduit des protéines sur de nouveaux instants de consommation !

Le 12/06/2017

Considérée comme le "fruit du pauvre" en Asie, d’où elle tient son origine, la jacque présente un profil nutritionnel qui fait d'elle une prouesse de la nature. Encore méconnue en France, elle connait un succès grandissant auprès des communautés "Veggies". Dégustée cru ou cuite, salée comme sucrée, elle diversifie les instants de consommation… [...]

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…