Open Innovation : osez l’ouverture !

Le 31 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’open innovation n’est pas l’apanage des grands groupes et start-up du monde des TIC, loin de là. Nommée également « innovation partagée » ou encore « innovation ouverte », elle traduit le fait que des entreprises soient capables de faire appel à des idées et à des expertises en dehors de leur propre structure.

Open innovationL’open innovation est utilisée en France depuis quelques années par de grands groupes et entreprises de tout secteur, comme le constructeur automobile Renault. L’open innovation n’est pas de l’open source, en ce sens que l’idée, la création ou le brevet qui en découle donne lieu à une rémunération.

 

 

Bien qu’encore frileuses, les PME ont intérêt à s’ouvrir à l’open innovation.

C'est une stratégie intéressante pour :

  • obtenir des compétences et des idées qu’elles n’auraient pu trouver en interne
  • réaliser des gains en coûts et en temps par la réduction du time-to-market en évitant de redévelopper quelque chose qui existe par ailleurs. Par exemple, un partenariat entre Tom Tom et Renault a permis au constructeur d’intégrer le GPS à ses véhicules sans développer en interne le produit et son interface. Ce partenariat lui a aussi évité de sortir de son cœur de métier et de gagner du temps dans son processus industriel. Quant à Tom Tom, ce partenariat lui a permis d’augmenter sa visibilité à l’international et également d’accroître considérablement la diffusion de son produit.

Mais au delà d’un partenariat « one shot », l’intérêt de l’open innovation est de créer une communauté autour des projets de l’entreprise. Par exemple, il peut s’agir de mettre autour de la table des industriels, des sociologues, des designers, des consultants, pour construire ensemble des solutions allant du produit au service jusqu’au modèle économique.

D’un côté, l’entreprise accélère son processus d'innovation en s'adjoignant des compétences externes, et de l’autre, ceux qu’on appelle les « solutionneurs », bénéficient d’une prime à l’innovation et d'une renommée.

Pour les PME, l’open innovation permet d’être réactif face aux évolutions du marché sans être obligé de mobiliser d'importantes ressources financières dans la R&D.

Les réseaux sociaux peuvent simplifier grandement la démarche.

D’une part, ils permettent de faciliter la recherche d’experts et de compétences, et d’autre part, par le biais du crowdsourcing, les entreprises peuvent soumettre publiquement leurs problèmes à résoudre, rémunération à la clé, et tout le monde peut relever le défi. Les réseaux sociaux sont aussi le moyen le plus simple d’être proches des consommateurs et de les faire participer aux évolutions des produits. C’est pourquoi de nombreuses enseignes et marques se doivent d’être sur Twitter et Facebook.

Il existe aussi des outils et des structures dédiés à l'open innovation.

ID-Catalyst est un outil collaboratif qui permet de formaliser et de suivre le processus d’innovation partagée.

Si vous êtes intéressé par ce type de fonctionnement, vous pouvez aussi trouver des structures comme Innovation Partagée pouvant vous mettre en relation avec une communauté de solutionneurs francophones ou encore InnoCentive qui vous permet de proposer aux internautes votre défi.

A lire également

« Mes courses pour la planète » édition 2015, l'observatoire de la consommation responsable

Le 21/10/2015

A l'initiative de l’agence d’information Graines de Changement, cet observatoire de la consommation responsable 2015 fait un état des lieux sur cette consommation responsable en France avec mise en exergue des chiffres clés, tendances et évolutions...

La consommation alternative se cherche

Le 12/10/2015

Les usages alternatifs à la consommation courante semblent séduire les français, mais le nombre des utilisateurs tend a augmenter modérément depuis cinq ans.

La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10/09/2015

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.