Le Ministère de l’Industrie croit en la RFID

Le 25 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le dossier d'octobre de la DGCIS met en avant la maturité technologique de la RFID via notamment l'interviewe de Bruno BARON, Président de PICDI (intégrateur de solutions RFID) et aussi Président de l'association RFID Bretagne Développement.

Afficher en taille réelle Bruno BARON - PICDI

La Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS) soutient le développement de l’Identification par Radio-Fréquence (RFID) pour les PME françaises. Depuis quelques années, ce marché est en plein essor avec pas moins de 2,5 milliards de puces RFID vendues mondialement en 2010.

En France, malgré un haut niveau de R&D, la filière souffre d’un manque de visibilité.

Pour y faire face, la DGCIS a lancé en 2008 le Centre National Référent en RFID (CNRFID) fédérant les acteurs nationaux en RFID, et finance des projets de grande ampleur, comme le projet ID Viandes de la SVA ou celui de l’entreprise Malongo.

Bruno Baron, président de PICDI (société spécialisée dans l’intégration de solutions RFID) mais aussi président du cluster RFID Bretagne Développement, décrypte pour nous cet engouement.


Selon lui, dans un projet RFID, le secteur d’activités importe peu car les problématiques en matière d’identification sont assez similaires et les finalités proches. La RFID n’est qu’un « outil facilitateur » au service de la compétitivité des entreprises.

Elle permet par exemple de simplifier la gestion, lutter contre le gaspillage, améliorer les processus de production et gagner du temps.
PICDI propose aussi des solutions RFID capables d’enregistrer des données liées à la température et à l’humidité des éléments identifiés. Un plus non négligeable pour les entreprises souhaitant garantir la qualité de leurs produits (alimentaire, santé…).

Cependant, la RFID n’est pas une solution miracle et il faut veiller avant tout à ce que sa mise en œuvre représente un bénéfice et non un bouleversement pour la structure. Comprendre clairement le contexte et le besoin est primordial pour sélectionner la meilleure solution technique.

Accédez à l'intégralité du dossier sur le site de la DGCIS.

N'hésitez pas à contacter l'association RFID Bretagne Développement si vous souhaitez aller plus loin sur la RFID et rencontrer des experts du Grand Ouest (prochaines rencontres d'affaires le 16 décembre à la CCI de Rennes) ou échanger avec d'autres utilisateurs de la technologie dans une logique de partage d'expériences (club utilisateurs).

LOGOBLEUGRIS

 

Contact : Antoine Poupelin, apoupelin@rennes.cci.fr

A lire également

L'usine du futur propulse la supply chain au premier plan

Le 18/09/2015

Dans la smart factory, l’usine 4.0 ou l’usine du futur, les opérateurs, les machines, les produits, les chaînes et les sites de production communiquent et interagissent entre eux. Et le chef d’orchestre de tous ces échanges n’est autre que la supply chain.

La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10/09/2015

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.

L’impression 3D : la fin de la logistique ?

Le 04/06/2014

Dans le cadre du Colloque Génial (Groupement d’Etudes et de Novations pour l’Ingénierie Achats et Logistique), quatre étudiants du programme ESLI de l’ESC Rennes ont planché sur le sujet et nous laissent entrevoir l’impact de l’impression 3D sur l’organisation de nos flux.