Désacralisation des repas : une opportunité pour les formules brunch ?

Le 18 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le boom des produits snacking a largement contribué à bouleverser les codes de la table. Aujourd’hui, la notion de convivialité évolue. Le brunch se fera-t-il une place parmi ces nouvelles formes de repas ?

Même si le modèle alimentaire français reste attaché aux trois prises alimentaires quotidiennes, le contenu des menus évolue et le Français mange ailleurs qu’à table de façon plus fréquente.

Le repas se « déritualise » selon une étude de la société Repères.

Le 7 juin dernier le Synafap, Syndicat des fabricants de produits traiteur frais, présentait une étude de la société Repères sur les nouvelles pratiques alimentaires. Cette étude révèle que les « repas désacralisés se multiplient et concernent désormais 84% des Français ». Ces nouvelles pratiques « ne touchent pas exclusivement les jeunes (96% des 15-24 ans), les actifs (89%), les citadins (88%) et les franciliens (81%), mais aussi les 55 ans et plus (70%), les inactifs (78%), les provinciaux (85%) et les ruraux (81%) », déclare Catherine Schutz-Bussat, la Directrice associée de Repères. C’est un phénomène qui progresse et pourrait donc offrir à la GMS comme à la RHF de nouvelles opportunités.

Le brunch casse les codes de la culture latine.

BrunchSi, à l’origine, le brunch ne s’inscrit pas dans notre culture latine, il répond cependant aux attentes actuelles.

  • Il apporte un contenu ne répondant pas au triptyque « entrée-plat-dessert » ;
  • Il offre liberté de choix et mélange de saveurs : possibilité de manger ce que l’on veut dans l’ordre que l’on souhaite et à son rythme ;
  • Il est symbole de regroupement social et de convivialité

Dans ce contexte, ce repas du dimanche (voire du samedi…), « très anglo-saxon », pourrait franchir les frontières de la capitale et faire des adeptes en province ?

 

Des opportunités en GMS comme en RHD ?

Nombre de nouveaux produits mis au point par les industriels émanent de ces nouvelles pratiques.

brunch 2Brunch 3Outre-manche, le brunch est dans les mœurs. La marque Tillman’s l’exploite en proposant poulet, omelettes au bacon et même  steaks hachés 100% bœuf à cuire au grille-pain sous la marque Toast Me !

 

 

En France, le snacking a ouvert la voie à de nombreuses innovations. Le brunch saura-t-il, à son tour, offrir aux rayons traiteurs frais un potentiel de croissance ?

 

Du côté de la restauration hors-foyer on a, jusqu’ici, bien su tirer profit de ces tendances en multipliant les concepts de restauration rapide.

Si quelques hôtels ou restaurants parisiens se sont intéressés au Brunch, le développement reste encore limité ; ce sont, en 30 ans, à peine 300 établissements qui proposent un brunch à Paris (source : Néorestauration).

Le concept est pourtant alléchant puisqu’il constitue à la fois une opportunité de différenciation et permet de couvrir des moments de consommation encore peu exploités.

Brunch 4Le modèle de Joe Allen peut faire des envieux puisqu’il performe depuis de nombreuses années avec son brunch à la carte. Dans un décor dépaysant mêlant murs de briques rouges et affiches new-yorkaises, il propose œufs au plat, brouillés, bénédicte ou pochés (accompagnés de bacon, pancakes, pommes de terre au romarin), cheeseburger, poulet grillé sauce barbecue, sauté de veau à l'estragon, saumon fumé avec bagel grillé, etc…

Alors quelles pistes suivre pour que le concept du brunch trouve sa clientèle en province comme à Paris ? Les idées fleurissent…

  • Certaines jouent la carte « produit », avec le développement de thématiques géographiques (brunch inspirés des régions de France ou de différents pays)
  • D’autres misent sur le service avec des animations, des espaces ludiques et éducatifs dédiés aux enfants, associant savoir faire culinaire et éducation nutritionnelle

A lire également

Le "gender marketing" en alimentaire mise sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.

Nouveaux instants de consommation : y’aura-t-il du cochon à Noël ?

Le 05/12/2017

Créée en 1954 à Mordelles en Bretagne, la charcuterie Brient lance un jambon de Noël avec un sachet d’épices. Alors qu’il était considéré comme un met d’exception à l’époque de l’empire romain, servir du cochon pour les grandes occasions était passé de mode ! Une initiative qui fait remonter le temps et décloisonne le jambon du quotidien...