Le modèle Groupon : qu'en pensent les commerçants et les internautes ?

Le 19 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Interrogés par OC&C, commerçants et utilisateurs de Groupon donnent leur avis sur ce service lancé aux Etats-Unis en 2008. Dans l'ensemble leur appréciation est plutôt positive mais l'enquête souligne les limites du modèle économique du site d'achats groupés.

35 millions d'utilisateurs enregistrés dans le monde, 3000 salariés, un chiffre d'affaires estimé à 750 millions de dollars en 2010 après deux ans d'activité : le succès de Groupon paraît phénoménal. Pourtant des voix se font entendre pour critiquer le modèle Groupon : voir par exemple ce qu'en dit L'Expansion.

Pour un avis plus éclairé sur la question, au-delà des commentaires que l'on peut trouver sur le web, le cabinet conseil OC&C a interrogé 130 commerçants et 600 internautes clients de Groupon. Que nous apprend cette enquête ?

Une majorité d'internautes satisfaits

75% des internautes interrogés se déclarent satisfaits ou très satisfaits de l'utilisation de Groupon. Ils sont même 92% à exprimer leur satisfaction au regard du rapport qualité / prix. Manifestement Groupon est perçu par les utilisateurs comme une source de bonnes affaires.

80% des internautes interrogés se sont rendus pour la première fois dans le commerce qui proposait une offre promotionnelle. Depuis 22% y sont retournés et 37% l'envisagent.

Recruter de nouveaux clients

Pour 84% des commerçants présents sur Groupon, la motivation principale est la possibilité de recruter de nouveaux clients, et 60% environ se disent prêts à renouveler l'expérience. Accroître sa notoriété, élargir sa base de prospects et attirer une clientèle nouvelle sont les atouts mis en avant par les professionnels interrogés.

Toutefois 71% des commerçants déclarent ne pas gagner d'argent. En effet Groupon négocie avec le commerçant une remise de 50% pour le consommateur, puis le site prélève une commission de 50% : au bout du compte il ne reste pour le commerçant que 25% du prix initial. Difficile dans ces conditions de dégager une marge pour le restaurateur ou l'institut de beauté qui s'affiche sur Groupon. OC&C note également que la valeur moyenne des "affaires" commercialisées sur Groupon ne dépasse par 20 €.

S'inspirant de ce modèle, d'autres sites ont vu le jour qui tentent chacun de séduire commerçants et internautes prêts à se laisser tenter par la bonne affaire. Reste à savoir si la multiplication d'offres plus ou moins similaires ne risque pas de lasser rapidement.

Pour en savoir plus : télécharger une synthèse de l'enquête OC&C

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).