Omnivore World Tour : quelle est cette nouvelle cuisine venue d’ailleurs ?

Le 14 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Invité aux Premières Visions 2011, Luc Dubanchet est venu présenter l’Omnivore World Tour qui va se lancer en 2012 sur les routes du monde à la recherche d’idées culinaires nouvelles.

Omnivore World Tour 2012Créé en septembre 2003, Omnivore poursuit son engagement pour la mise en avant de ce qu’il appelle la Jeune Cuisine à travers la découverte d’une nouvelle génération de chefs.

Après la publication en 2009 de son Carnet de Route et de son Carnet de Vigne sur les 200 tables de la jeune cuisine puis l’organisation de l’Omnivore Food Festival à Deauville chaque année en Février, Luc Dubanchet poursuit sa vocation de défricheur de tendances et de talents à l’international.

En 10 mois, l’Omnivore World Tour va sillonner le monde à la recherche de nouveaux concepts et de nouveaux jeunes chefs moteurs d’une autre cuisine.

De Genève en février à Sydney en Décembre, en passant par Paris, Bruxelles, Moscou, Copenhague, New York, Shangaï, Montréal, San Francisco, Sao Paulo, Istambul, l’Omnivore World Tour va transporter sa cuisine mobile et se transformer en laboratoire d’idées. 300 chefs actuels reconnus sont  invités à se déplacer et à aller à la rencontre de nouveaux jeunes talents.

De cette observation permanente de la gastronomie d’ailleurs, Luc Dubanchet a extrait ce qui lui paraît être le concept en vogue actuellement et qu’il nomme l’Hybridation.

Un savoureux mélange des genres : pas vraiment restaurant, pas vraiment pub, un peu brasserie, de la VAE, un peu épicerie traiteur, quelques fois salles de spectacles, parfois table d’hôtes, ou alors simple cantine… Les codes habituels sont perturbés.

Les lieux, les décorations, les looks et les parcours des chefs sont inédits : quartier peu engageant, dans un ex garage, une usine, un squat, parpaings vaguement repeints au mur, tables collectives, looks « underground », mais un constat souvent commun, pas d’argent pour démarrer…

Il faut donc faire avec :

  • - de personnel, de moyens, d’énergie…
  • + de technologique, d’innovation, de plaisir…

De ces éléments « différents » naît une cuisine savoureuse : quelques plats inédits, des burgers revisités, des légumes frais et retravaillés, des marqueurs aromatiques qui réveillent les papilles…

Deux exemples parlants pour illustrer ces « découvertes ».

Roberta’s à Brooklyn 

Roberta's

M. Well’s à Long Island

M. Well's

A suivre donc les nouvelles perles que saura nous dénicher cet Omnivore World Tour 2012.

A lire également

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.