Pêche durable : circuit ultracourt, poisson ultra frais.

Le 12 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La société des Ligneurs de l’Ile Vierge vend son poisson le jour même, au fur et à mesure de l’avancée de la pêche avec une liaison directe entre le bateau et la terre.

Les ligneurs de l'Ile Vierge

Avec son bateau, un ligneur de 9 m, le Phénomène, l’entreprise propose depuis 2008 du bar, du lieu jaune du maquereau ou du homard breton. Les produits proposés ne sont issus que de la pêche à la ligne ou au casier dans une démarche de qualité et de développement durable. Les périodes de repos biologique et de frai sont respectées. Le poisson de ligne est pêché à l’unité et ne souffre donc pas de manipulations excessives. Il est remonté vivant, immédiatement vidé, lavé et conditionné en bac l’un à coté de l’autre sur une seule épaisseur.

L’originalité de la démarche est de proposer le produit de la pêche aux clients au fur et à mesure des quantités remontées. Le bateau est en relation téléphonique permanente avec une personne à terre et lui et lui soumet les volumes et poids par espèce. Les clients (en particulier les restaurateurs) sont joins immédiatement pour proposer le poisson le plus frais possible.

La livraison se fait soit au débarquement du poisson sur le quai pour les clients locaux, soit en livraison à domicile dans un rayon de 15 km, soit en expédition en France avec un conditionnement parfaitement adapté (température constante garantie, pas d’écrasement, pas d’écoulements)

De la mer à l’assiette

De nombreuses initiatives se développent régulièrement autour de la distribution en circuits courts. Depuis 2008, les Ligneurs de l’Ile Vierge ont décidé de privilégier la qualité à la quantité et de proposer cette pêche qualitative à leurs clients restaurateurs. L’initiative est innovante et s’appuie sur la confiance entre le fournisseur et son client puisque celui-ci s’engage sur l’achat sans avoir vu la « marchandise ».

La caution de la fraîcheur du produit liée à la suppression des intermédiaires, donc des temps d’attente et de stockage participe à cette confiance.  C’est peut-être un des vecteurs fort de communication qui peut favoriser l’émergence des circuits courts et leur succès auprès des consommateurs.

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...