Pêche durable : circuit ultracourt, poisson ultra frais.

Le 12 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La société des Ligneurs de l’Ile Vierge vend son poisson le jour même, au fur et à mesure de l’avancée de la pêche avec une liaison directe entre le bateau et la terre.

Les ligneurs de l'Ile Vierge

Avec son bateau, un ligneur de 9 m, le Phénomène, l’entreprise propose depuis 2008 du bar, du lieu jaune du maquereau ou du homard breton. Les produits proposés ne sont issus que de la pêche à la ligne ou au casier dans une démarche de qualité et de développement durable. Les périodes de repos biologique et de frai sont respectées. Le poisson de ligne est pêché à l’unité et ne souffre donc pas de manipulations excessives. Il est remonté vivant, immédiatement vidé, lavé et conditionné en bac l’un à coté de l’autre sur une seule épaisseur.

L’originalité de la démarche est de proposer le produit de la pêche aux clients au fur et à mesure des quantités remontées. Le bateau est en relation téléphonique permanente avec une personne à terre et lui et lui soumet les volumes et poids par espèce. Les clients (en particulier les restaurateurs) sont joins immédiatement pour proposer le poisson le plus frais possible.

La livraison se fait soit au débarquement du poisson sur le quai pour les clients locaux, soit en livraison à domicile dans un rayon de 15 km, soit en expédition en France avec un conditionnement parfaitement adapté (température constante garantie, pas d’écrasement, pas d’écoulements)

De la mer à l’assiette

De nombreuses initiatives se développent régulièrement autour de la distribution en circuits courts. Depuis 2008, les Ligneurs de l’Ile Vierge ont décidé de privilégier la qualité à la quantité et de proposer cette pêche qualitative à leurs clients restaurateurs. L’initiative est innovante et s’appuie sur la confiance entre le fournisseur et son client puisque celui-ci s’engage sur l’achat sans avoir vu la « marchandise ».

La caution de la fraîcheur du produit liée à la suppression des intermédiaires, donc des temps d’attente et de stockage participe à cette confiance.  C’est peut-être un des vecteurs fort de communication qui peut favoriser l’émergence des circuits courts et leur succès auprès des consommateurs.

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

FeedItBag ou la seconde vie "green" du sac de course

Le 13/07/2017

Une opération de la chaîne de supermarchés allemande Edeka propose des sacs de course à double usage permettant de faire pousser des légumes. Le sac plastique reste néanmoins, dans l’imaginaire collectif, le premier symbole de pollution... L’usage émotionnel associé au FeedItBag réussira t’il à contourner cette forte représentation ?

[...]

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]