Comportement du consommateur et développement durable.

Le 07 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’agence Ethicity s’intéresse aux évolutions des comportements des consommateurs vis-à-vis du développement durable. Elle a établi une cartographie des consommateurs de 2011. Il ressort que 65% de la population française prend en considération les enjeux du développement durable aujourd’hui. C’est une progression de 4 points en un an. Explication.

Dans un communiqué daté du 8 septembre, Ethicity, une agence spécialisée dans le conseil en stratégie de développement durable met en relief une typologie des consommateurs de 2011. Une publication faite en partenariat avec l’ADEME et le support d’Aegis Média Solution.

Trois grandes familles de comportement des consommateurs sont repérées par Ethicity. Chaque famille se répartissant en différents groupes d’individus.


1. Changement pour de l'autrement. Elle est la famille la plus impliquée dans une consommation raisonnée. Elle est sensible au développement durable (DD). Les consommateurs de cette famille représentent 40% de la population. Ils sont attentifs aux valeurs, recherchent des produits sains bons pour leur santé, sont sensibles aux enjeux du DD, et sont en attente de réponses collectives à la protection de la planète. Il faut toutefois remarquer que cette famille est en baisse de 7% depuis 2010. Ces consommateurs sont différenciés en quatre groupes différents.
• les « Bonnes conduites »6.6% : valeurs morales, éthiques, circuits courts.
• les « Verts bâtisseurs »  9.4% : urbains, actifs, voient le DD dans un ensemble intégré dans un système global.
• les Eclaireurs » 10% : engagés, informés sur le DD et responsables.
• les « Bio beaux » 14% : recherche de bien être personnel, la santé, le plaisir et le bénéfice qu’apporte le DD.

2. Freinés par les difficultés financières. Après une prise de conscience du besoin de protéger la planète et malgré une volonté de bien faire, cette seconde famille de consommateurs est contrainte par son pouvoir d’achat. Elle est obligée de faire des arbitrages. Impactée par la crise cette population représente un quart des français (+ 11% depuis un an). Elle privilégie les prix bas et ses préoccupations sont économiques. Ces personnes agissent en dépensant moins et en consommant responsable. Elles peuvent avoir de fortes convictions sur le DD. Elles se répartissent en deux groupes.
• les « Perméables » 9.4% : forte conviction du DD et à la recherche d’information.
• les « Eco-restreints » 15.6% : conscients des contraintes du DD, freinés par la réalité économique de leur pouvoir d’achat.

3. Le déni. Cette famille représente 35% de la population (-4% depuis 2010). Elle est dans le déni face au DD. Cette frange de la population n’a pas changé de comportement. La consommation confère un statut identitaire, l’intérêt individuel prime. Le DD est perçu comme une contrainte qui entrave le système.
• les « Consophages » 17.1% : aiment consommer et dépenser.
• les « Minimiseurs » 17.9ù : profitent du milieu et du système, voient le DD comme une contrainte.

Ethicity

Décryptage : Le développement durable s’inscrit dans le paysage de la consommation.
Deux tiers des consommateurs y attachent de l’importance. Le comportement lors de l’acte d’achat est influencé. La démarche de consommation repose sur la raison. La tendance est de penser DD. La réalité économique rattrape cette bonne attention et oblige à des arbitrages. Toutefois la part de la population encore dans le déni du DD tend à diminuer en un an.

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.