"Slow tourisme" et développement durable

28/09/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La tendance du "slow travel" apparaît aujourd'hui comme un antidote au stress de la vie quotidienne. Pour les adeptes du "slow tourisme" (tourisme lent), l'authenticité prime sur la rapidité. Voyager tranquillement pour aller à la rencontre des populations locales tout en respectant l'environnement résume en quelque sorte l'état d'esprit du "slow traveller".

Le "slow tourism" privilégie les transports durables et les destinations plus proches. Découvrir une région à vélo ou à cheval permettent de la découvrir sous un autre angle.
Au Royaume-Uni, le phénomène des "staycations" condensé de "stay" (rester) et de "vacations" (vacances) est un exemple de comportement révélateur puisqu'il met en avant la sédentarité.

Une autre alternative est le voyage en bateau qui permet de profiter du paysage. A l'exemple de Terra Mundi qui propose des croisières à bord de petites embarcations, de 20 à 40 cabines.

Le "slow voyage" privilégie aussi le contact et les échanges avec les populations locales dans des lieux plus authentiques, alternative au tourisme de masse.
Klikango s'adresse par exemple à ceux qui veulent apprécier pleinement la nature, les terroirs et les cultures locales, voyager de manière plus responsable et plus écologique.

Un nouveau tourisme à visage plus humain vraisemblablement appelé à se développer...