Des offres Biologiques innovantes dans le Nord Ouest de la France

Le 15 septembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Chips de pommes de terre, plats préparés cuisinés surgelés ou crème dessert ultra gourmande : le bio intègre toutes les sphères de la consommation.
    La 
Potagère Bio

Nouvelle gamme La Potagère (groupe Sill 29) composée de 2 gratins de légumes bio.

  • Gratin de légumes à la Bretonne : carotte, chou-fleur et pomme de terre.  PV conseillé : 3,99 TTC pour un conditionnement de 380 g 
  • Gratin de légumes provençaux confits : courgettes, aubergines, poivrons rouges et tomates. PV conseillé 4,49 TTC pour un conditionnement de 380 g  
  • Cible : actifs, les mono-foyers et les étudiants pour une préparation en quelques minutes au micro-ondes.
  • Disponible en GMS
  • Label « Produit en Bretagne »

Chips
 Brets Bio

Bret’s (groupe Altho 56) lance une chips Bio

  • Composée de pommes de terre et d’huile de tournesol issues de l’agriculture biologique et de sel marin de Guérande.
  • Pommes de terre issues d’une filière d’approvisionnement locale de 140 agriculteurs bretons
  • Sans conservateur et sans colorant artificiel
  • Elue Saveur de l’année 2011 par un panel de consommateurs
    Mont 
Blanc Bio

La société Mont blanc (Normandie) investit le Bio avec 2 références de crèmes : chocolat et vanille

  • Ingrédients biologiques : chocolat pâtissier, lait frais, sucre de canne…
  • Riche en lait : 60 à 85% de lait récolté à proximité (30 km de l’usine)
  • Engagement dans une démarche de développement durable globale : Emballages utilisés 100% recyclables (boîtes en fer blanc et étiquettes papier) ET construction d'une chaufferie bois (approvisionnement du bois local) pour générer l’énergie thermique nécessaire à l’usine de fabrication

Le Bio continue sa progression en France avec une variété d’offre de plus en plus large pour le consommateur

La France a enregistré en 2010 la plus forte augmentation de consommation Bio de tous les pays européens  + 10 % et les prévisions jusqu’en 2015 restent très optimistes.

Parallèlement, le panier moyen consacré aux achats bio est très faible en France (47 €) par rapport à d’autres pays comme la Suisse (132 €) ou même l’Allemagne (71 €).

En outre, d’après une étude de l’Agence Bio, les consommateurs sont en attentes de produits plus variés.

Extrait de l’étude :

A la question : Les éléments cités ci-dessous vous inciteraient–ils à consommer davantage de produits Bio ?, l’extension de la gamme arrive dans le Top 5 des réponses (sur 17 items proposés) avec 84 % et en très forte hausse par rapport à 2009 qui se situait à 71 %

Etude bio

 

En croisant ces 3 éléments, toutes les initiatives visant à élargir les gammes bio sur des segments et des occasions de consommation différents devraient trouver écho chez le consommateur.

Dans les innovations produits citées ci-dessus, on retrouve plusieurs grands courants de consommation actuelle : la praticité, le plaisir gourmand, le snacking.

A suivre donc l’évolution des ventes sur ces produits pour voir si le mariage des tendances avec les motivations des consommateurs Bio est opportun.

A lire également

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.