Réception en grande distribution : le process UNTF gagne du terrain

Le 14 septembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Lancé au mois de septembre 2010 par l’Union Nationale du Transport Frigorifique (UNTF) en vue de "sécuriser, sur le plan économique et juridique, l’opération de livraison et de réduire le coût exorbitant des litiges en transport sous température dirigée", le nouveau process en matière de livraison gagne du terrain.

Compte tenu du poids croissant des litiges entre les transporteurs et les enseignes de la distribution (entre 0,5 et 1% du CA des transporteurs) et sur la base des difficultés constatées sur un certain nombre de plateformes comme la non restitution des documents de transport à l'issue de la livraison, l'UNTF a décidé il y a un an de mettre en place un nouveau "process de réception dérogatoire au contrat type" et de le proposer aux enseignes de la GMS. Son mode opératoire se décline en 6 "domaines de progrès": respect des délais négociés, contrôles au déchargement, contrôles à la position, récupération des lettres de voiture, traitement des "souffrances", suivi et communication.

Désormais, les plateformes qui l'acceptent s'engagent entre autres à scinder les deux niveaux de contrôle sur les livraisons: vérification tout d'abord des unités logistiques (palettes manquantes, casse ou avarie apparente...) qui permet au chauffeur, dans la grande majorité des cas, de repartir rapidement avec les papiers signés; puis contrôle a posteriori des colis et cartons composant les palettes.

Cette séparation des 2 livraisons s'accompagne de la création de deux documents de transport distincts: une lettre de voiture globale (LVG) par plateforme, qui récapitule l'ensemble des positions et avec laquelle le conducteur doit repartir; une lettre de voiture individuelle (LVI) par position, qui doit être restituée au chauffeur le lendemain.

Entré en vigueur le 1er octobre 2010, l'application de ce nouveau process a progressivement été appliqué dans la majorité des entrepôts des leaders de la GMS tels qu'Intermarché, Leclerc, Carrefour ou Système U, mais cette démarche n'était pas jusqu'alors systématique. Après avoir mis en place ce process sur 5 Plateformes frais, le groupe Auchan vient de décider de formaliser son engagement au plan national pour les activités "frais industriel" (hors fruits et légumes et surgelés). Ainsi, le 2 novembre prochain, les 3 plateformes de Libercourt, Carbon Blanc et Wissous, prestées par le groupe Kühne & Nagel, appliqueront à leur tour le process simplifié préconisé par l'UNTF. http://www.untf.fr/outils/actualites/actualite/article/1/process-pf-auchan-sengage.html

Adoptée dans la continuité de la charte transport paraphée avec ses principaux transporteurs, cette démarche exemplaire au niveau national du groupe Auchan sera, à n'en pas douter, suivie par la signature d'engagements émanant d'autres grandes enseignes de la GMS. En effet, cette démarche collaborative proposée par l'UNTF permet d'améliorer globalement les relations chargeurs / transporteurs / distributeurs, en réduisant le nombre et le coût des litiges, en permettant d'identifier plus facilement les responsabilités respectives des acteurs de la chaine logistique, de dissiper le flou constaté dans le transfert des responsabilités et la traçabilité des marchandises et enfin d'accélérer la gestion des refus en souffrance.   

A lire également

Chasser les gaspillages en dessinant vos flux

Le 16/11/2015

Votre entreprise n’a de raison d’exister que pour apporter un produit/un service à un client. Pour le réaliser, de nombreux flux (biens, personnes, informations, argent) sont nécessaires. Mais tous ces flux, créent-ils vraiment de la valeur pour le client ? Ne seraient-ils pas plutôt une source de gaspillages ?

L'usine du futur propulse la supply chain au premier plan

Le 18/09/2015

Dans la smart factory, l’usine 4.0 ou l’usine du futur, les opérateurs, les machines, les produits, les chaînes et les sites de production communiquent et interagissent entre eux. Et le chef d’orchestre de tous ces échanges n’est autre que la supply chain.

La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10/09/2015

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.