Eternity Food : le menu anti-âge.

Le 09 septembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Christophe Leroy, chef reconnu, propose dans son restaurant Moulins de Ramatuelle, un menu élaboré avec des ingrédients riches en antioxydants.

Eternity Food 

Le concept Eternity Food repose sur la collaboration de ce célèbre chef Tropézien avec Didier Audebert, journaliste, auteur et réalisateur de courts métrages.

Curieux, voyageurs et adeptes de la World Food, ils ont muri le concept à Miami USA où un nouveau restaurant devrait bientôt voir le jour.

L’idée est de concentrer dans un seul menu tous les aliments ayant les plus forts taux d’antioxydants dans le monde.

Valeur ORAC 

La sélection de ces ingrédients s’appuie sur l’échelle ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), qui est  une base de calcul établie par l’Institut de santé du gouvernement américain, le National Institutes of Health (NIH). Le test ORAC mesure la richesse en antioxydants de n’importe quel aliment ou substance chimique.

 

Le menu Eternity Food propose trois entrées, trois plats et trois desserts réalisés dans les règles de la gastronomie, à base de : Noni, baies de Goji, Acai,  huile de noix, germe de blé, pollen, brocoli, thé vert, tomates cerises, kiwi, persil, canneberges, mangoustan, grenade, poissons gras, …

Pour 49 €, le slogan promet quelques minutes de plus après un bon repas.

La jeunesse dans l’assiette : un  créneau porteur

Tous les produits utilisés existent déjà en compléments alimentaires. Par contre, il n’est pas toujours aisé d’accommoder ces baies venues d’ailleurs dans notre cuisine française. L’idée de créer des plats innovants en utilisant le savoir faire de maîtres de la gastronomie, peut démocratiser, à terme, la consommation des ces super-aliments.

Les industriels sont très contraints par la règlementation de l’EFSA concernant les allégations santé (en particulier les allégations sur les antioxydants qui ont été rejetées par la commission). La restauration peut s’affranchir plus aisément de ces contraintes et participer ainsi à l’apprentissage par le grand public des aliments présentés comme étant  positifs pour leur capital jeunesse.

Une fois intégrés dans la connaissance populaire (comme la camomille pour le sommeil ou la verveine pour la digestion…), ces nouveaux ingrédients seront plus facile à intégrer dans des plats industriels. Leurs vertus supposées seront acceptées sans devoir être alléguées.

A lire également

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Les nouvelles recommandations Anses, des impacts en IAA ?

Le 27/04/2017

L'Anses a publié les nouvelles recommandations nutritionnelles en terme de santé publique. De nouvelles catégories d’aliments, des contaminants alimentaires repérés et des habitudes alimentaires observées déterminent des objectifs de fréquence et de portions de consommation. Ces nouveaux repères ne seront pas sans conséquence pour le foodservice.

Restauration hospitalière en mutation ? Une offre différente pour l'ambulatoire de l'Institut Gustave Roussy

Le 18/04/2017

L’institut Gustave Roussy, premier centre de lutte contre le cancer en Europe, s’est associé à Alexandre Bourdas, chef doublement étoilé du SaQuaNa, et à Elior, le numéro 1 français de la restauration collective, pour proposer une offre différente en service ambulatoire : plats froids, quantité réduite, goût du produit brut.