Dépollution des sites et sols : les professionnels renforcent leur référentiel pour répondre aux besoins des clients

Le 27 octobre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Traiter la contamination des sols et de l’eau est un enjeu essentiel de Santé Publique. Des prestataires de qualité doivent être facilement identifiables. La nouvelle "certification de services de prestataires dans le domaine de sites et sols pollués" a pour but de répondre à cette demande et réorganise la profession autour de règles communes.

Rendre visible son professionnalisme vis-à-vis des clients
Le secteur de la dépollution des sols exige des connaissances pluridisciplinaires (écotoxicologie, hydrogéologie, évaluation des risques sanitaires…) et ses domaines d’activités sont soumis à différentes législations (code de l’urbanisme, de l’environnement, de la santé publique…). Face à cette complexité, les clients ont besoin d’identifier des prestataires opérationnels et de qualité qui prennent en compte les problèmes de santé publique, de sécurité et de risques environnementaux. Ce professionnalisme attendu face à des enjeux complexes sera légitimé au regard du client par l’obtention d'un label, d’une norme ou d’une certification. Cette obtention permettra à l’entreprise d’être plus visible et de sécuriser le client. Ainsi, sans être au fait des problématiques relatives aux sites et sols pollués, le client peut plus facilement accorder sa confiance puisque l'entreprise a été reconnue par un auditeur extérieur comme entreprise de qualité. Que ce soit par un label, une norme ou une certification, le fait de rester visible est un facteur différenciant favorable à la pérennité de l’entreprise.

La nouvelle organisation de la profession autour de règles communes
Depuis 2007, une réflexion est en cours dans ce secteur afin de renforcer la cohérence et l’efficacité de la gestion des sites et sols pollués. L’UPDS (Union des Professionnels de la dépollution des Sites) a proposé, dès 2003, le label QUALIPOL s’appuyant sur la norme NF X31-620 « qualité du sol- prestations de services relatives aux sites et sols pollués » publiée en 2003. Il a pour but de repérer plus rapidement les professionnels qualifiés dans ce secteur. Il concerne les métiers de l’ingénierie et des travaux. Mais face aux nouvelles exigences réglementaires en Santé Publique, une révision de la norme ainsi qu’un référentiel commun deviennent incontournables. La norme NF X 31-620 a été révisée en juin 2011. La révision de cette norme a servi de base de réflexion pour la création de la « Certification de services des prestations dans le domaine de sites et sols pollués » délivrée par le LNE (Laboratoire National de métrologie et d’essai). La certification concerne trois domaines d’activité : les études, assistance et contrôle des travaux ; l’ingénierie des travaux; l’exécution des travaux de réhabilitation. La délivrance des certifications par le LNE a débuté en Septembre 2011. Des formations sont en cours pour en faciliter l’obtention. Ce nouveau référentiel de certification permettra d’harmoniser les pratiques et d’homogénéiser la qualité des prestations.

L'amélioration continue comme outil de la performance
Plusieurs possibilités s’ouvrent donc aux prestataires de services pour faire valoir leur professionnalisme en démontrant leur respect des exigences réglementaires et des attentes-clients. Même sans certification, une entreprise peut organiser son fonctionnement autour de ce référentiel afin d’améliorer sa performance ainsi que la satisfaction de ses clients. Il est donc intéressant de prendre connaissance du référentiel et de l’adapter à ses propres besoins et buts. L’amélioration continue de la qualité de services est donc au cœur de cette démarche.

 

Pour aller plus loin :

A lire également

Analyse sociologique de la consommation d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires : quel est le potentiel d'économies d’énergie ?

Le 11/02/2014

La consommation d’énergie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires est le plus important gisement d’économies d’énergie, mais ce potentiel ne pourra être exploité uniquement par la diffusion du progrès technique. Il faudra y adjoindre une mutation des comportements quotidiens et des modes de vie.


Qualité de l'air : les Plans de Prévention de l'Atmosphère identifient les actions et portent à connaissance les enjeux

Le 17/01/2014

Le PPA s’applique à toutes les agglomérations de plus de 250000 habitants et zones en dépassement aux normes de la qualité de l’air existant. Il concerne tous les secteurs d’activités émetteurs de polluants atmosphériques : transports, industries, résidentiel-tertiaire... Le PPA de Rennes Métropole sera adopté au plus tard à fin juin 2014.
[...]

En quoi le capital naturel est-il une composante avérée de la stratégie des entreprises ?

Le 18/10/2013

Les entreprises interagissent au quotidien avec le capital naturel, que ce soit en amont de la chaîne de valeur, avec les fournisseurs ou en aval avec leurs clients. Comment prendre en compte ce capital dans la stratégie de l'entreprise ?