L'autopartage se structure

Le 21 juillet 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L'autopartage, en croissance rapide, se structure autour d'acteurs capables de supporter des investissements importants. De ce point de vue, l'expérience Auto'lib avec Bolloré est regardé avec beaucoup d'attention par l'ensemble des acteurs. Néanmoins plusieurs autres signaux confirme l'évolution de ce marché.

Le cas Zipcar

Zipcar, précurseur de l’autopartage et leader mondial avec un parc de 8 000 véhicules à disposition de 560 000 adhérents. En entrant au Nasdaq en avril 2011 pour soutenir son développement, l’entreprise entre dans une nouvelle phase de sa croissance illustrant l’évolution de ce marché (lire Des véhicules de Zipcar dans les résidences d'Equity Residential ).

 

L’offensive des constructeurs

Le service Car2Go de Daimler passe de la phase d’expérimentation (réalisée dans plusieurs grandes villes du monde) à la phase de déploiement visant les grandes métropoles en partenariat avec Europcar (lire Car2go débarque en France). De son coté BMW, après avoir lancé son offre d’autopartage « BMW Drive Now » (lire BMW se lance dans l’autopartage ’’premium’’), vient de racheter le loueur ING Car Lease doublant son parc de véhicule en location et confirmant son positionnement comme opérateur de mobilité, en entrant dans le top 5 des loueurs Européens. Peugeot après une première phase d’expérimentation de son offre Mu by Peugeot confirme également le déploiement de cette offre de mobilité à la carte.

Mais c’est dans l’autopartage B2B que le marché devrait être le plus dynamique à court terme. Les loueurs mais également les constructeurs proposent en effet à leur clientèle de flottes des offres d’autopartage en complément d’offres classiques de location longue durée (« autopartage par Arval », « Citroën business connected » en lien avec Carbox, « Car+autopartage » de Renault également en lien avec Carbox). Selon Benoit Chatelier, directeur du développement Carbox, l’autopartage en entreprise représente aujourd’hui 300 véhicules mais devrait en représenter 50 000 en 2016, représentant 70 % du marché total de l’autopartage.

 

Les débuts de l’autopartage entre particuliers

La fondatrice de Zipcar Robin Chase a quitté l’entreprise en même temps que son entrée en bourse et a fondé une nouvelle enseigne Buzzcar, qui démarre en France avec le partenariat du groupe Mobivia (ex Norauto). Buzzcar démarre une offre d’autopartage entre particuliers. Robin Chase concrétise ainsi ses convictions que la mise en œuvre à grande échelle d’une plateforme collaborative utilisant le principe des réseaux sociaux est de nature à mieux partager les véhicules (une voiture partagé = 30 à 50 personnes, 15 à 20 voitures individuelles, 40 à 60 places de parking). D’autres acteurs se positionnent également sur ce concept, comme Cityzencar également créé par un des fondateurs de Mobizen, entreprise d’autopartage rachetée par Veolia.

Après une phase d'amorçage du marché dominé par des acteurs indépendants de petite taille (souvent issus de coopératives), l'autopartage tend à se structurer autour d'acteurs de taille plus significative. Les perspectives de croissance du marché attirent les loueurs qui y voient un relais de croissance, et les constructeurs qui y voient une nouvelle source de création de valeur. L'autopartage se développe aujourd'hui à partir de véhicules "grand public" conçus pour un usage en propriété et non dans un usage partagé plus proche d'un cahier des charges de transport en commun. Dès lors, et si la croissance du marché se confirme, il est probable que les constructeurs prennent en compte ce nouvel usage dans la conception de véhicules à partager.

 

 

Lire aussi : Concevoir une automobile comme un moyen de transport en commun ?

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.