Minceur : Le régime Dukan s’industrialise et investit la grande distribution.

Le 18 juillet 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Après les galettes au son d’avoine sucrées ou salées, produit phare du régime Dukan, 4 plats cuisinés tout prêts arrivent dans les rayons de Casino et Monoprix.

Dukan colin  Dukan 
Boeuf

  • Plats cuisinés individuels
  • Portions entre 300 et 340 g
  • 4 recettes : bœuf braisé aux légumes du soleil, tajine de boulettes de bœuf, poulet thaï aux légumes croquants, filet de colin et sa brunoise de légumes
  • Distribués chez Casino et Monoprix
  • En vente en ligne sur le site Internet et livrés à domicile sous 24 h
  • Prix aux alentours de 6 €

 

Le contenu de l'assiette colle au profil nutritionnel prôné par le régime : pas de féculents ni de sucres mais des légumes et des protéines sans matière grasse ajoutée. L’apport en protéines est plus riche que les autres plats cuisinés présents sur le marché.

Déposée en 2007 par Pierre Dukan, la marque Régime Dukan repose sur un marketing efficace qui passe par la communication sur sa propre célébrité bénéficiant de la caution scientifique. Après un site de coaching en ligne (200 000 inscrits sur le site) et une vingtaine de livres en tête des ventes (2 millions d’exemplaires pour son best seller), les produits dérivés constituent la dernière source de diversification du D. Dukan.

Malgré les polémiques, la minceur est toujours un créneau porteur.

Le rayon diététique en GMS sort de deux années difficiles et semble reprendre du poids. Le segment minceur profite du régime Dukan avec des offres à base de son d’avoine qui pèsent 5 M€ de CA alors qu’elles étaient presque inexistantes en 2010.

Statistiques sur la diététique et la minceur 

 

La méthode Dukan continue donc de remporter un vif succès auprès des consommateurs, bien que largement attaquée par de nombreux médecins et nutritionnistes sur les effets négatifs d’une sur-consommation de protéines.

A l’heure d’une communication volontariste  de la part des pouvoirs publics sur l’éducation nutritionnelles et l’information du consommateur, on peut constater que la puissance marketing a souvent raison d’un discours plus « prudent et rationnel ». La lutte contre le surpoids et l’obésité, centrée sur un travail de longue haleine et un changement profond de nos habitudes alimentaires, n’est pas encore gagnée … 

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?