Le e-commerce en 2020 vu par la Fevad

Le 18 juillet 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), avec le soutien de la Direction générale commerce industrie services (DGCIS) et de nombreux experts, a réalisé une étude sur le e-commerce à l'horizon 2020, date à laquelle on ne devrait plus distinguer commerce en magasin et commerce en ligne.

Fédérant près de 500 entreprises du secteur de la vente à distance et 600 sites Internet, la Fevad représente les intérêts de la profession et contribue à une meilleure connaissance du commerce en ligne.

En publiant une étude prospective sur le e-commerce, la Fevad entend montrer à quel point le métier de commerçant va connaître dans les prochaines années une mutation majeure.

En effet, depuis l'avènement du commerce électronique à la fin des années 1990, on a généralement distingué d'un côté le commerce en magasin, ou commerce traditionnel, et de l'autre le commerce sur Internet. Or on constate aujourd'hui que les passerelles entre ces deux formes d'exercice du commerce sont de plus en plus nombreuses : ainsi les boutiques en ligne ont appris à orienter le consommateur vers un magasin réel, et le magasin sait aussi proposer au consommateur d'élargir son expérience client en le guidant vers son site web. Autre exemple : le système du drive intéresse de plus en plus les enseignes de la grande distribution qui y voient un relais de croissance dans un contexte économique tendu.

Les atouts du commerce sur Internet sont connus : choix élargi, prix attractifs, gain de temps, ouverture 24h/24, accès aux avis des autres clients. Mais le magasin lui même possède des atouts déterminants : la relation humaine, la mise en scène de l'offre, la proximité du produit, l'instantanéité de l'achat.

Et dans dix ans ? Selon l'auteur de l'étude Catherine Barba, dirigeante de MaLinea, le futur du commerce sera placé sous le signe de la convergence avec la fin de la distinction entre commerce et e-commerce. Les consommateurs sauront tirer profit des atouts respectifs d'Internet et du commerce en magasin. Et pour se préparer à ce futur pas si lointain, les commerçants ont tout intérêt à penser leur développement en prenant en compte la diversité et la complémentarité des canaux possibles pour se faire connaître, pour entrer en contact avec le consommateur et le fidéliser.

Télécharger l'étude : "2020 : la fin du e-commerce ou l'avènement du commerce connecté ?" (juin 2011)

A lire également

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.

Le centre-ville : un lieu de convivialité plébiscité par les français.

Le 17/06/2016

Dans le cadre des onzième assises nationales du centre-ville, une étude réalisée par Consumer Science et Analytics (CSA) réalisée en mai 2016 fait ressortir l'intérêt que porte le français à son centre-ville comme lieu de vie.