Véhicules électriques : leur développement vu des Etats-Unis

08/07/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La vision américaine du développement des VE est intéressante à plus d’un titre.Les USA sont le berceau du développement de l’automobile et de l’urbanisme; la consommation de pétrole par habitant y est extrêmement élevée (un des prix de l’essence à la pompe le plus bas du monde environ 0,6€/l). Le gouvernement américain a mis en place dès 2009 un plan de développement pour les véhicules décarbonés. (Lire : Les Etats-Unis soutiennent l'ensemble de la filière). 2 ans plus tard, il est utile pour nous de tirer des enseignements des efforts de l’industrie américaine et des pouvoirs publics pour se lancer dans cette évolution.


 
Le développement du VE dans les mains des pouvoirs publics

Une récente étude du Center for Automotive Research (CAR) nous apporte les premiers enseignements.

Le rapport met en évidence, un certain nombre éléments déjà connus :

  • Les loueurs vont jouer dans un premier temps un rôle important pour amorcer le marché. Ils sont actuellement les premiers acheteurs de véhicules hybrides et dans les prochaines années de VE (Véhicule électrique). Les sociétés de location y trouvent 2 avantages : la réduction des coûts de maintenance et de consommation d’énergie. Le plus gros loueur d’outre atlantique dit vouloir acheter plus de 600 VE (sur une flotte de plus d’un million de véhicules). Par ailleurs, pour aider les constructeurs à lancer leur première série, les pouvoirs publics et les grandes entreprises devront donner une large part au VE dans leurs futures commandes. Actuellement plus de 60% des hybrides achetés sur le sol américain le sont par les pouvoirs publics, et GE, qui investit dans le marché des stations de recharges, a annoncé l’achat de 25 000 VE pour sa flotte et celles de ses clients.
  • Concernant les stations de recharges, CAR fait le même constat que les premiers tests européens : la recharge se fera principalement le soir à la maison. Mais pour conjurer l’anxiété développée par la faible autonomie de ce mode de transport, les pouvoirs publics ne pourront pas faire l’économie d’installation de bornes sur la voie publique. Une estimation d’une station de recharge pour 100 VE est proposée.

Ancre retour

 
La Californie un bon profil pour un territoire pilote

Il est fort probable que l’essor du VE va débuter dans cet Etat qui réunit de nombreux atouts pour lancer un tel marché : niveau de vie aisé, sensibilité à l’environnement, ouvertures aux nouvelles technologies, réglementation favorable et incitations fiscales….Un seul chiffre pour confirmer l’importance de la Californie dans le développement du VE : sur 603 stations de recharges recensées par le gouvernement fédéral, 431 sont installées dans cet Etat.

Voici un territoire qu’il faudra surveiller de près pour mesurer le succès des mesures prises par les pouvoirs publics. Rappelons que fin 2010 les autorités californiennes, qui doivent faire face à une pollution de l’air importante dans certaines vallées, ont décidé de taxer les automobilistes de 10 à 24 $ pour compenser la pollution engendrée par leur automobile.

Par ailleurs, la Silicon Valley en passe de devenir une Green Valley, attire les sociétés technologiques du domaine de la mobilité : Renault vient d’annoncer l’ouverture d’un nouveau centre de recherche à Montain View, consacré à l’informatique dans l’automobile. On notera que les locaux seront situés à proximité du campus de Google qui vient de labelliser dans 2 Etats américains son système de conduite de véhicule « sans conducteur».

Enfin, les estimations des ventes de VE dans les années avenir, par cette étude, confirment les prévisions de croissance à hauteur de 27 000 véhicules en 2011 et à 140 000 en 2015, sans non plus croire en un raz de marée.

Cette première vision confirme que l’évolution vers une mobilité plus respectueuse de l’environnement est en marche, mais qu’il ne s’agit pas pour le moment d’une révolution brutale. Il faudra sans doute attendre encore quelques années pour voire le coût de l’électromobilité devenir plus attractif, et ainsi accélérer son développement.


Ancre retour

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.