Le vieillissement des sociétés : un défi pour les politiques publiques (2ème partie)

Le 16 juillet 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le colloque organisé par le Centre d'Analyse Stratégique le 29 juin 2011 sur "le vieillissement des sociétés : un défi pour les politiques publiques" a permis de dégager plusieurs orientations qui contribuent au débat national sur la dépendance.

Favoriser l'emploi des seniors

En Allemagne comme en France, le maintien des seniors plus longtemps dans l'emploi est considéré comme une des réponses au déséquilibre du système de protection sociale.

Antoine Magnier, directeur de la DARES (Direction de l'animation de la recherche, des études et statistiques) au Ministère du Travail, note que le taux d'emploi des seniors en France reste bas :

  • de 55 à 64 ans, le taux d'emploi des seniors est de 40% en France, soit 6% de moins que la taux européen et 18% de moins que le taux allemand.
  • de 60 à 64 ans, le taux d'emploi des seniors est de 18% en France, soit 11% de moins que la taux européen et 23% de moins que le taux allemand.

En Allemagne, le taux d'emploi des seniors s'est beaucoup amélioré depuis une dizaine d'années.

En France, des mesures ont été prises également pour favoriser l'emploi des seniors depuis les années 2000 (réforme des retraites en 2003, plan concerté pour l'emploi des seniors en 2006, loi de finances 2008 et 2009). Cependant, selon Antoine Magnier le taux d'emploi des seniors en France reste inférieur au taux européen en raison principalement de l'âge légal du départ à la retraite.

Michel Parlier de l'ANACT (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail), met à la disposition des entreprises des outils pour favoriser le maintien des seniors au travail. Etant donné le recul de l'âge légal de départ à la retraite, et la diminution du nombre de retraites anticipées, la proportion de salariés âgés va croître dans les entreprises. Or, comme le souligne Michel Parlier, on voit dans le même temps les rythmes de travail s'intensifier : changements fréquents dans l'organisation et la répartition des tâches, degré d'urgence élevé, efforts physiques répétés soumettant les salariés à des pressions qui s'accroissent. Michel Parlier ajoute que le degré d'autonomie de la personne au travail tend à se réduire, ce qui accentue encore la pression sur les salariés.

Pour le responsable du département Compétences, travail, emploi à l'ANACT, le maintien au travail des seniors se prépare tout au long de la vie : pour favoriser le maintien des seniors dans l'emploi il faut que ceux-ci y trouvent des raisons de rester, il faut leur donner envie de se mobiliser, car le travail peut être un facteur d'épanouissement mais aussi... de vieillissement.

Anne-Marie Guillemard va dans le même sens que Michel Parlier en précisant que le taux d'emploi des seniors est le plus élevé dans les pays où la qualité du travail tout au long de la vie est la meilleure, citant l'exemple de la Suède.

L'enjeu de la solidarité entre les générations

Pour introduire ce thème, Michael Borchard, Directeur du service politique et conseil à la Fondation Konrad Adenauer rappelle que la famille reste la colonne vertébrale de la solidarité inter-générationnelle, en Allemagne comme en France.

En Allemagne le débat porte notamment sur le manque de personnel qualifié pour prendre en charge les personnes dépendantes dans les 25 prochaines années. La réflexion prospective doit aussi prendre en compte la situation des zones rurales qui évolue négativement au plan économique et de l'emploi.

Plus largement Michael Borchard souligne que la question de la dépendance est au centre des préoccupations en France et en Allemagne, d'où l'intérêt pour le Centre d'Analyse Stratégique de mener une étude comparative sur l'accompagnement du grand âge dans huit pays (1).

L'une des conclusions de ce rapport est la grande diversité des modes de prise en charge du risque social de dépendance selon les pays.

Blanche Le Bihan-Youinou, enseignante et chercheuse à l'EHESP (Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique), dresse une typologie des modes de prise en charge de la dépendance qui montre finalement qu'au-delà des différences d'approche, il existe une convergences des différents modèles vers une sorte de compromis entre la forte demande de prise en charge et les contraintes financières. Autrement dit, un compromis entre le modèle de l'accès universel dans les pays nordiques, et le modèle des prestations ciblées en fonction de critères d'âge ou de revenu.

La convergence entre les pays observés concerne aussi la priorité donnée au maintien à domicile le plus longtemps possible, et la question de la coordination des acteurs qui dans tous les pays est au cœur des problématiques.

Autre fait marquant relevé par Blanche Le Bihan-Youinou : le besoin de soutien des aidants familiaux, qui n'est pas seulement un besoin de service ou d'aide financière mais aussi un besoin de temps - du temps pour faire face aux imprévus et du temps pour éviter l'épuisement.

Jasmin Häcker, de l'Université de Freiburg, décrit le système d'assurance dépendance obligatoire institué en Allemagne en 1995. Conseillère auprès du conseil d'administration d'Allianz Private Krankenversicherung AG, Jasmin Häcker explique que ce système devra faire l'objet d'adaptations car il constitue une réponse imparfaite à un besoin de financement croissant, estimant que la pression sera extrèmement forte d'ici dix à vingt ans. La question reste posée du choix entre un système par répartition qui fait peser la dépense sur les générations futures, et un système par capitalisation qui fait payer la génération actuelle.

Des orientations pour l'action publique

Intervenant en conclusion du colloque, Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d'Analyse Stratégique, présente trois grandes orientations qui résultent des travaux du CAS et vont contribuer au débat national sur la dépendance, dont les conclusions sont attendues en France dans les prochains mois :

  • répondre au défi du vieillissement de nos sociétés nécessite de repenser l'ensemble des politiques publiques et de bien coordonner toutes les interventions des administrations en matière de logement, santé et prévention, emploi, sécurité...
  • centrer les réponses sur l'ensemble du parcours de vie : la qualité du vieillissement est déterminée par la qualité de la vie dans sa globalité, y compris la vie de travail. Il convient donc de préparer le vieillissement en concevant des politiques adaptées pour tous les âges de la vie ;
  • prendre en considération de façon spécifique la "génération pivot" que représentent les personnes encore en activité, qui doivent à la fois financer les études et l'entrée dans la vie active de leurs enfants mais aussi la dépendance de leurs parents.

En résumé le chantier de la dépendance actuellement en cours, conduit à mener une réflexion en profondeur sur le fonctionnement de la société dans son ensemble.

________

(1)  Télécharger le rapport du Centre d'Analyse Stratégique : Les défis de l'accompagnement du grand âge : perspectives internationales (2011)

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.