Multiplication des box au domicile ou box universelle ?

Le 23 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les loisirs, la sécurisation des personnes fragilisées et la gestion de l'énergie du domicile ont besoin d'une "box", ou passerelle pour relier des objets devenus communicants à l'intérieur du domicile avec le monde du web. Cette box universelle verra-t-elle le jour dans les années à venir ?

Maison connectée, vers la box universelle ?

Les progrès de l'informatique et de la micro électronique permettent aujourd'hui à la maison mais aussi plus largement à toute une gamme d'objets dans la maison de communiquer avec l'"extérieur" via le relais d'internet.

Cependant, nous pouvons nous interroger sur la multiplication des solutions communicantes proposées aux particuliers, directement ou indirectement, pour relier leur intérieur au monde d'internet.

En effet, de nombreux enjeux poussent la maison à être fortement connectée :
- les loisirs avec les box internet "historiques" permettant le triple play (téléphonie, internet et télévision),
- la sécurisation et l'apport de nouveaux services aux personnes fragilisées et à leur entourage,
- la gestion de la consommation énergétique (et plus largement le concept de smartgrid).

Le consommateur final se retrouvera-t-il avec une véritable armoire technique et des rangées de box apportant chacune un service dédié ? ou bien allons-nous vers une box universelle ou autre objet jouant le rôle de passerelle entre des données collectées dans la maison et le monde du web ?

Les box pour toutes les générations, des loisirs à la sécurisation du logement et services aux aidants

Nous retrouvons aujourd'hui dans une majorité de foyers une box "triple play", pour la télévision, la téléphonie et internet. Nous avons le plus souvent aussi une set-top box pour le décodeur télé (que ce soit via internet, le satellite ou le réseau numérique terrestre).

Pour répondre aux besoins spécifiques d'une partie de la population (notamment les personnes âgées), des sociétés développent de nouvelles box spécifiques, ainsi la AlloboxTv, ou la plate-forme de services et la passerelle associée de la société Elderis.

Ces box peuvent aussi se mettre au service des professionnels qui interviennent auprès de la personne âgée, téléassisteurs ou services d'aides à la personne. Pour le téléassisteur, il importe de pouvoir récupérer un maximum d'informations au sein du logement afin d'anticiper et surtout de qualifier objectivement les situations à risque et intervenir au mieux et au plus vite. Pour les aidants, professionnels ou non, des applications pour coordonner leurs actions, partager de l'information et dématérialiser leur suivi administratif sont dores et déjà proposées et peuvent s'appuyer favorablement sur un logement connecté via une box.

D'autres solutions sont possibles, notamment celle proposée par un équipementier comme Alyacom qui s'appuie sur le smartphone pour communiquer avec l'extérieur, smartphone capable de son côté de récupérer des informations auprès de capteurs in situ.

Les box-énergie, smartgrid et optimisation de la consommation d'énergie des maisons

Côté smartgrid et gestion de l'énergie, on peut noter les tests en cours avec ERDF et ses compteurs intelligents, les compteurs Linky. Près de 250 000 foyers testent donc ces compteurs en France actuellement, et dans la logique des engagements européens en termes de lutte contre le changement climatique, une décision gouvernementale pour le déploiement massif des ces compteurs devraient intervenir avant la fin de l'été. Selon la Tribune, les entreprises se positionnant sur ce marché du compteur Linky sont les entreprises Iskra (Slovénie), Itron (Etats-Unis) et Landis+Gyr (Suisse/Australie), les trois fournisseurs qui ont déjà livré les 250.000 à 300.000 premiers compteurs Linky. Le compteur Linky pourrait ainsi communiquer avec l'intérieur de la maison via l'Energie Box d'Edelia (filiale d'EDF) offrant ainsi un panel de services de gestion et maitrise de l'énergie au domicile pour le client final. Cette énergie box reliant des capteurs et actionneurs communicants au sein de la maison avec des applications disponibles sur internet. Les partenaires techniques d'Edelia sont Sagemcom pour la box et IBM pour la plate-forme. A noter le programme "une Bretagne d'avance" mené avec aussi Delta Dore en tant que partenaire industriel, et déployant cette solution dans près de 700 foyers bretons depuis 2009 (programme qui a été prolongé jusqu'à fin 2011).

Dans le même domaine du smart grid, une start-up lanionnaise, Actility, propose des solutions logicielles pour les futures box-énergie qui seront donc capables de gérer l'ensemble des équipements consommant de l'énergie dans la maison, afin de réduire cette consommation, voire de l'optimiser en fonction de la charge du réseau.

Ijenko, une autre start-up propose elle aussi une box avec une plate-forme de services.

On retrouve aussi Intel qui propose sa propre solution communicante avec les appareils de la maison, le "Home Energy Dashboard".

Trois marchés

Nous avons donc 3 grands marchés :

  • un marché qui arrive à saturation, celui de la box "triple play" pour les loisirs,
  • un marché qui est en train d'émerger avec une forte volonté politique, celui du smart grid et d'une meilleure gestion des énergies du domicile,
  • enfin, un marché en phase de maturation, celui des personnes âgées et plus spécifiquement le marché de la dépendance et de l'autonomie à domicile. Les politiques s'y intéressent de plus en plus, mais le modèle de financement reste encore à trouver.

Ces 3 marchés de la "box" ne vont pas converger de si tôt pour faire émerger une box universelle capable de gérer les loisirs, la sécurité du logement et sa consommation énergétique.

Pour les nouveaux marchés, il sera difficile de proposer de nouveaux équipements aux particuliers et surtout très difficile de leur proposer de nouveaux services payants. Les opérateurs (telecom mais aussi d'énergie) sont bien placés pour peser sur ces marchés là, car l'un et l'autre maitrisent déjà la relation client au travers d'abonnements existants. Idem pour les téléassisteurs, les mutuelles, assurances ou banques. De nouvelles offres commerciales seront donc à imaginer.

Ces marchés pourraient aussi bouger significativement via la prise de position et de commandes de grands donneurs d'ordre (administrations, bailleurs sociaux, maisons de retraites).

Pour les PME offreuses de produits et services connectés au web, le choix peut donc se porter sur des solutions logicielles ouvertes capables de s'intégrer sur n'importe quelle plate-forme matérielle, ou sur solutions pour smartphones et tablettes qui pourraient via leur connection directe avec internet se passer d'une box. Mais attention au sur-coût des abonnements "3G" de ces tablettes, à inclure dans le coût des services qui seront proposés.

Ces PME ont enfin tout intérêt à se rapprocher des acteurs cités plus haut qui auront besoin de solutions innovantes et fiables à intégrer dans leurs nouvelles offres de services (travail en OEM, Original Equipment Manufacturer et Marque Blanche).

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.