Baromètre "Technologies de maintien à domicile" : tout ce qu'il faut savoir sur le marché

Le 22 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le cabinet de conseils en stratégie sur le marché des seniors, Senior Strategic, vient de lancer son « Baromètre » sur le thème des technologies de maintien à domicile. Présent lors de son lancement le 15 juin dernier, l’équipe SAS/TIC&Seniors vous en offre l’exclusivité.

Réalisée auprès de 2146 personnes, cette étude quantitative et qualitative est riche d’enseignements.

 

Les besoins

Selon Senior Strategic, les technologies autour de la personne âgée se concentrent autour de trois grands besoins :

  1. Sécurité : télésurveillance…
  2. Santé : télésanté…
  3. Lien social : communication…

Les besoins en technologies diffèrent selon l’état de santé, passant d’un achat de sécurisation du logement pour une personne indépendante à un achat de sécurisation de la personne ou de télésanté pour une personne dépendante.

La forte variété des situations et des besoins peut s’expliquer par de nombreux facteurs : l’âge (réel ou subjectif), la composition de la famille, la distance avec celle-ci, l’habitation.

 

Le marché

L’augmentation du nombre des seniors ajoutée à leur volonté de rester à leur domicile nécessite de trouver un moyen de prise en charge très efficient, pour éviter toute envolée des budgets sociaux, déjà tendus. Plusieurs pilotes viennent d’être lancés par les conseils généraux, tel que le lancement de pack domotique en collaboration avec le groupe Legrand en Corrèze.

Les politiques publiques et l’arrivée de grands groupes seront les deux principaux boosters du marché.

Parmi les freins liés au développement du secteur, on peut noter le manque de tests et de labels neutres des technologies, le réseau de distribution difficile et une culture française du remboursement.

Parmi les opportunités, on distingue la plus grande fiabilité des technologies, la hausse du ratio aidés/aidants et les difficultés grandissantes de financement de la part des aidants.

Les principales sources d’information sur les technologies liées au maintien à domicile sont les amis (75%), la presse généraliste (65%), la presse seniors (60%) et les assurances/mutuelles (60%).

Les produits ont été achetés principalement auprès des services de téléassistance (38%), des caisses de retraite complémentaire (30%), des assurances/mutuelles (25%) et par correspondance (20%).

Le temps entre le début de la recherche de la solution et l’achat est de 3 à 12 mois pour les technologies de sécurité et de lien social et de moins de 3 semaines pour celles de télésanté.

Au niveau du montant des investissements envisagés :
Aménagement du logement : 3624€ (ne pensent pas au monte escalier)
Technologies sécurité : 1762€ (la sécurité reste le premier besoin)
Téléassistance : 26€ par mois (les tarifs sont connus)
Technologies de lien social : 863€ (ordinateur…)

 

Le couple Aidé/Aidant

Le couple aidé/aidant est primordial ! Tant pour la décision d’achat que pour la composition de l'offre.
Enfants    -> Parents
Conjointe -> Conjoint
La motivation principale de l’aidant est la sérénité et celle de l’aidé, la sécurité.

L’achat est d’autant plus rapide que le couple aidé/aidant est concerné : chute, dégradation de santé, recommandation du docteur, saturation des enfants.

 

Retrouvez l'étude complète dans la rubrique Etudes Clés.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.