L’étude NutriNet-santé : où en sont les Français face au grignotage ?

Le 16 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Après deux années de collecte d’informations, l’étude NutriNet-Santé révèle ses premiers résultats. Il apparaît que la pratique du grignotage se répand. Quels seront les effets de tels comportements sur la prise de poids, sur les facteurs de risque cardiovasculaires ? Bilan en 2014 quand l’objectif des 500 000 Nutrinautes volontaires sera atteint.

En mai 2009, l’étude NutriNet-Santé a été lancée avec pour objectif d’étudier les comportements alimentaires des Français ainsi que les relations entre santé et nutrition. Cette étude est programmée sur 5 années. Un premier bilan, après deux années de collecte d’informations et près de 185 000 enquêtes analysées, offre un aperçu des rythmes alimentaires.

Quid du grignotage

Le grignotage correspond a une prise alimentaire ou de boisson, hors eau et boissons chaudes non caloriques, en dehors des 3 repas principaux

Un grignoteur est considéré comme « occasionnel » s’il a grignoté au cours de 2 jours sur les 3 jours concernés par l’enquête alimentaire.

Un grignoteur est considéré comme « régulier » s’il a grignoté au cours de ses 3 journées d’enquête alimentaire.

Un constat : le poids moyen des Français adultes a augmenté plus vite que la taille moyenne.

Les nouvelles statistiques sur le surpoids et l'obésité en France (population adulte), issues de l'enquête Obépi-Roche édition 2009, révèlent que près d’un tiers des adultes français est en surpoids.

Evolution du taux de surpoids chez l’adulte, en % de la population totale

taux de surpoids

NB : Ces chiffres n’incluent que le surpoids et non l’obésité

Les Français restent fidèles à leurs 3 repas quotidiens…

Nombre de prises alimentaires, repas et grignotage (%)

3 repas quotidiens

Pour la majorité des individus, le modèle alimentaire repose sur 3 repas principaux, sans grignotage (39% chez les hommes et 34% chez les femmes) ou sur 3 repas principaux et une prise hors repas (48% chez les hommes et 58% chez les femmes).

Le repas le plus souvent sauté est le petit déjeuner (près de 60 % des repas sautés), essentiellement par les jeunes.

Le grignotage concerne davantage les femmes…

 

femmes et grignotage

65 % des femmes grignotent contre 57 % des hommes. La différence est particulièrement marquée au niveau des grignoteurs réguliers.

… Et les moins de 45 ans.

âge grignoteurs

Quels aliments pour quels apports énergétiques :

Les grignotages occasionnels représentent 13% de l’apport énergétique total soit 273 kcal. Quant aux grignotages réguliers ils apportent 484 kcal et représentent donc près d’un quart de l’apport énergétique total.

Top 4 des aliments représentant la part la plus importante de l’apport calorique des grignotagestop 4 alimentstop 4 aliments

Chez les hommes

Chez les femmes

top 4 aliments 

top 4 aliments femmes 

Conclusion :

La tentation du grignotage est grande : stress, manque de temps, développement de nouvelles convivialités types apéritifs, plateaux télé… Ainsi, 61 % des Français grignotent, de façon occasionnelle ou régulière, plus particulièrement les femmes et les moins de 45 ans. C’est une réalité, inscrite dans le quotidien des Français.

L’étude révèle que l’apport calorique total est plus élevé chez les grignoteurs, ce qui résulte d’une augmentation des sucres simples et des lipides. Faut-il diaboliser le grignotage ? Ne serait-il pas préférable d’intégrer ces apports alimentaires fractionnés à une bonne gestion des apports alimentaires globaux plutôt que des les stigmatiser. D’autant que le modèle asiatique démontre que les multiples petites prises alimentaires journalières  ne riment pas forcément avec surpoids.

Sources

Etude Nutrinet-Santé

A lire également

Crème glacée et diététique ne sont plus antinomiques… La gourmandise sans culpabilité.

Le 27/03/2017

En Europe la décision est prise quant à l'étiquetage nutritionnel mais elle ne fait pas l'unanimité… Chez Halo Top pas de code couleur mais un nombre, occupant une place majeure sur le pack : celui de la valeur énergétique. Pas de complexes pour cette marque de crèmes glacées qui annonce fièrement, en front-pack, le nombre de calories par pot.

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.