Du sport pour prévenir et traiter certaines pathologies des seniors

Le 20 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En 2008, le groupe de travail Sport et Santé de l’Union européenne définissait un objectif d’amélioration de la santé par l’activité physique, en particulier pour les seniors. L’un des bénéfices escomptés étant d’alléger les contraintes budgétaires pesant sur les systèmes de santé. Comment ces préconisations sont-elles mises en pratique en France ?

Dans une note publiée en avril 2011, sous le titre "Comment inciter le plus grand nombre à pratiquer un sport ou une activité physique", le Centre d’Analyse Stratégique (CAS) - service rattaché au Premier ministre - souligne l'attention grandissante que portent aujourd'hui les pouvoirs publics au développement des activités physiques et sportives. En effet celles-ci contribuent à notre bien-être individuel, mais elles sont aussi un facteur de lien social et jouent un rôle reconnu dans la prévention des problèmes de santé : certaines formes d'obésité, accidents cardio-vasculaires, troubles cognitifs et psychologiques.

Au-delà de l'aspect préventif, le Centre d'Analyse Stratétique insiste sur l'intégration de l'activité physique dans le traitement même de certaines pathologies. Dans le prolongement des travaux menés en 2008 dans le cadre du Plan national de prévention par l'activité physique et sportive, l'objectif des pouvoirs publics est aujourd'hui de déterminer dans quelle mesure l'activité physique et sportive peut être intégrée aux préconisations voire aux prescriptions médicales.

A juste titre, les autorités médicales françaises se veulent prudentes et se montrent réticentes à l'idée de remplacer une partie des traitements par le sport. Cependant, nous dit le CAS, les perspectives sont encourageantes : pour preuve une étude du Professeur Lonsdorfer selon laquelle l'activité physique chez les seniors donne de très bons résultats à court terme dans le traitement de certaines affections.

En 2004 le Pr Lonsdorfer a mis en place une consultation de l'aptitude physique du senior comprenant une consultation médicale, des tests d'effort, un programme d'entraînement sur-mesure comportant 18 séances de 30 minutes réparties sur deux mois, et l'orientation de la personne âgée vers des associations labellisées pour superviser la poursuite d'une activité physique régulière, le financement de ces associations étant assuré par des mutuelles. En Alsace, où exerce le Pr Lonsdorfer, c'est le groupe de protection sociale et de retraite Arpège Réunica qui finance l'expérience et la propose à ses clients lors de leur départ en retraite.

Dans le même esprit, la Haute Autorité de Santé mène actuellement des travaux sur la prescription thérapeutique non médicamenteuse, à la demande de la direction de la Sécurité sociale, travaux dont la publication est attendue en 2011.

Dans ce contexte, parmi les différentes propositions qu'il formule, le CAS retient l'idée de mettre en place un "programme de définition des bonnes pratiques en médecine de ville permettant d'intégrer l'activité physique dans le traitement de certaines pathologies".

Télécharger la note n° 217 du Centre d'analyse stratégique (2011)

Télécharger les recommandations du groupe de travail "Sport et Santé" de l’Union européenne (2008)

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.