Boco : la restauration rapide des frères Ferniot à la croisée des tendances.

Le 08 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Des recettes alléchantes réalisées par des *grands chefs*, composées d’ *ingrédients bio*, mises en *petits bocaux* pour une consommation sur place ou à emporter.

Boco 1

Boco 2

 

Dans le 1er arrondissement de Paris, entre le Louvre et l’Opéra, un nouveau concept de restauration rapide vient d’ouvrir.

 Les frères Ferniot proposent un restaurant 100% bio où tout est en bocal, de l’entrée au dessert. Le client sélectionne ses bocaux comme dans un magasin et passe ensuite en caisse. Les plats sont ensuite réchauffés, le client est prévenu par un bipper et se déplace alors lui-même au comptoir pour récupérer sa commande, ce qui évite tout service à table.

 L’espace de restauration est dans une ambiance très « bistrot parisien » avec 55 places assises et fait une part belle au développement durable puisque la vaisselle, les couverts, les plateaux… sont en matériaux réutilisables ou recyclés.

 

La carte s’appuie sur 5 chefs étoilés en plus de Vincent Ferniot, qui ont accepté de concocter des recettes uniques à des prix très abordables puisque le panier moyen est autour de 15 €. Ils s’engagent à proposer 10 recettes par an que les frères Ferniot vont tester avant de les sélectionner sur leur carte. A l’issue du process, leur nom et leur visage viennent illustrer les petits bocaux.

Boco

Les bocaux peuvent être dégustés sur place ou emportés avec une consigne de 1€. Boco propose aussi une livraison à domicile par triporteur électrique.

Un concept bien étudié pour une restauration rapide originale et de qualité

L’approche marketing a été finement étudiée pour répondre aux attentes actuelles des consommateurs en restauration rapide.

  • Du sain et bon pour la santé avec le Bio,
  • Du bon pour les papilles avec des recettes sophistiquées et des saveurs originales,
  • De la qualité haut de gamme avec l’estampille de grands chefs connus,
  • De la réassurance sur les contenus avec la  transparence des bocaux
  • Du développement durable avec des matériaux recyclés et recyclables et la consigne du verre,
  • De la praticité avec les bocaux individuels et nomades,
  • De l’économie avec des prix étudiés pour la restauration rapide.

Si on ajoute un zest de "people" avec la notoriété médiatique de Vincent Ferniot, tous les ingrédients semblent donc réunis pour augurer d’un concept réussi.

A lire également

O local bio, restaurant zero déchet

Le 08/12/2017

Consommer autrement est une tendance qui séduit les consommateurs. A l'occasion de la journée de la lutte contre le gaspillage alimentaire 2017, le ministère a revu les contes de notre enfance version " anti-gaspi". La ville rose, quant à elle, accueillera prochainement Ô Local Bio, le premier restaurant zéro déchet.

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]

Yaourt " fin de repas" : vers une fin de règne ?

Le 20/11/2017

Produits de grande consommation, les produits laitiers présentent des atouts nutritionnels indiscutables. Afin de faire face à un marché en souffrance, les produits laitiers sortent de leur carcan "fin de repas" et les industriels innovent sur le segment snacking sain, répondant ainsi à l'attente de consommateurs en terme de nomadisme.