Apéro ou dessert : plateaux prêts à consommer, une bonne solution pour concilier plaisir, santé et snacking.

Le 01 juin 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Annoncé depuis février 2011 sur le salon Fruit Logistica à Berlin, *le plateau des fruits à dipper* Florette arrive en rayon. L’entreprise table sur la même réussite que celle rencontrée avec le *plateau apéro* de légumes crus à croquer.

Plateau Florette 

Le plateau est composé de 400 gr d’ananas, de pommes et de noix de coco. Le chocolat est proposé dans une coupelle micro-ondable  et peut  se consommer chaud ou froid selon les préférences. Les fruits sont garantis sans sucre ajouté et sans conservateurs.

La gamme se complète de propositions individuelles de 100 à 200 g : ananas, noix de coco, pomme/raisin, mélange de saison. Une fourchette est accolée aux barquettes pour plus de praticité. Le format de chaque barquette correspond à près d’1/3 des quantités quotidiennes recommandées par le PNNS

PVC : 1,95€ les barquettes individuelles et 5,95€ les plateaux familiaux avec une DLC de 5 jours.

Plusieurs expériences passés n’avaient pas emporté le succès escompté, mais fort de la réussite du plateau de crudités (rotation en hausse de 20 à 30 % chaque mois), Florette tente cette nouvelle expérience avec optimisme. Le plateau devrait bénéficier d’un bon référencement, les distributeurs espérant profiter des mêmes retombées que sur le plateau apéro.

La vague du snacking ouvre de nouvelles perspectives

Les tendances de consommation ont évolué et plusieurs courants laissent présager d’un positionnement intéressant des formules plateaux.

  • La praticité reste au cœur des préoccupations et les formules prêtes à l’emploi répondent à cette attente,
  • Le visuel des plateaux offre un côté gourmand qui répond à la recherche de plaisir dans la consommation alimentaire actuelle,
  • Les propositions de produits bruts non transformés sont attendues pour leur promesse de naturalité,
  • Les fruits et légumes répondent  aux attentes de santé préventive par une nutrition saine
  • Enfin, les petites bouchées, les aliments fractionnés, variés, offrent un côté ludique en adéquation avec la mode actuelle du snacking.

Toutes ces approches permettent une consommation multi-usages de ce type de produits. Un en cas à mettre dans des lunch-boxs, une alternative à un dessert de fin de repas, un goûter ludique et sain et pourquoi pas un petit déjeuner équilibré …

Pour conjuguer tous les facteurs de réussite, il ne manque plus qu’un plateau local, si possible Bio,  avec l’argument de proximité et de lien social avec nos campagnes. A quand "Les fruits de nos vergers Normands  à dipper dans un coulis de myrtilles antioxydantes", "Les légumes bio du pays des Vallons de Vilaine" avec la photo du producteur sur le plateau ?

A lire également

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Facilité de préparation : pizza, croque-monsieur et sandwichs au grille-pain.

Le 13/02/2017

Praticité, simplicité, gain de temps, les consommateurs sont à la recherche de solutions pour optimiser la préparation des repas. Après le développement d’emballages permettant une cuisson directe au micro-onde puis la vague des produits à poêler, serait-ce au tour du grille-pain d’évincer nos batteries de cuisine ?