Paul Prédault fait le pari d'un packaging décalé.

Le 30 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Paul Prédault, marque du groupe Turenne Lafayette, joue la carte de la modernité pour se faire une place dans l’univers libre-service des jambons cuits supérieurs.

Le groupe Turenne Lafayette, détenu par Monique Piffaut, a décidé de repositionner ses marques : les jambons cuits sont réunis sous la marque Paul Prédault, Montagne Noire regroupe les charcuteries sèches et Ecochard, les pâtes fraîches et quenelles.

le foué

 « Le Foué de Paul Prédault » devient donc l’emblème des jambons cuits du groupe et gagne les linéaires du libre-service. Un positionnement nouveau pour ce jambon jusqu'ici vendu essentiellement au rayon charcuterie à la coupe. La gamme compte une dizaine de références qui arborent un emballage haut de gamme, rose et noir, évoquant un procédé de fabrication traditionnel. Le produit apparaît peu : visuel avant réduit à une petite photo en bas à droite ; seul le dos du packaging offre une transparence.

A noter que le budget alloué à ce lancement est conséquent : sponsoring, spots télévisés, journées d’animation (1500 journées prévues pour le Foué).

Le pari d’un packaging rupturiste pour émerger en rayon.

Pour la marque Paul Prédault, 2010 a été l’année de la modernisation de son site de production dans le Val-d’Oise. En 2011, c’est au tour du packaging de subir une cure de jouvence, dans le but d’introduire le Foué dans les rayons libre-service des grandes surfaces.

Alors que la tendance semble plutôt orientée vers la transparence, Paul Prédault opacifie la face avant de son produit. La marque opte pour le noir -synonyme de premium- et le rose -véhiculant une image plaisir- ; quant au Vichy du petit cochon, il reflète le côté traditionnel du produit, à l’instar de Bonne Maman qui exploite les petits carreaux de longue date.

Les visuels de produits sont donc relégués au second plan. Pari osé quand des concurrents directs comme Madrange ou Fleury Michon jouent la carte naturalité en épurant leurs packagings pour révéler un maximum le produit.

Fleury Michon

Madrange

A lire également

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.

L’innovation dope le marché de la 4ème gamme : vers de nouveaux territoires et de nouveaux usages.

Le 25/04/2017

L'été approche et, face à la concurrence des produits frais non emballés ou des barquettes en flow pack, les marques de la 4ème gamme déploient leurs innovations. Entre saveur, présentation ou usage, les promesses marketing se multiplient pour une offre en mode séduction. En smoothie ou sur les barbecues, le segment élargit le champ des possibles.