Paul Prédault fait le pari d'un packaging décalé.

Le 30 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Paul Prédault, marque du groupe Turenne Lafayette, joue la carte de la modernité pour se faire une place dans l’univers libre-service des jambons cuits supérieurs.

Le groupe Turenne Lafayette, détenu par Monique Piffaut, a décidé de repositionner ses marques : les jambons cuits sont réunis sous la marque Paul Prédault, Montagne Noire regroupe les charcuteries sèches et Ecochard, les pâtes fraîches et quenelles.

le foué

 « Le Foué de Paul Prédault » devient donc l’emblème des jambons cuits du groupe et gagne les linéaires du libre-service. Un positionnement nouveau pour ce jambon jusqu'ici vendu essentiellement au rayon charcuterie à la coupe. La gamme compte une dizaine de références qui arborent un emballage haut de gamme, rose et noir, évoquant un procédé de fabrication traditionnel. Le produit apparaît peu : visuel avant réduit à une petite photo en bas à droite ; seul le dos du packaging offre une transparence.

A noter que le budget alloué à ce lancement est conséquent : sponsoring, spots télévisés, journées d’animation (1500 journées prévues pour le Foué).

Le pari d’un packaging rupturiste pour émerger en rayon.

Pour la marque Paul Prédault, 2010 a été l’année de la modernisation de son site de production dans le Val-d’Oise. En 2011, c’est au tour du packaging de subir une cure de jouvence, dans le but d’introduire le Foué dans les rayons libre-service des grandes surfaces.

Alors que la tendance semble plutôt orientée vers la transparence, Paul Prédault opacifie la face avant de son produit. La marque opte pour le noir -synonyme de premium- et le rose -véhiculant une image plaisir- ; quant au Vichy du petit cochon, il reflète le côté traditionnel du produit, à l’instar de Bonne Maman qui exploite les petits carreaux de longue date.

Les visuels de produits sont donc relégués au second plan. Pari osé quand des concurrents directs comme Madrange ou Fleury Michon jouent la carte naturalité en épurant leurs packagings pour révéler un maximum le produit.

Fleury Michon

Madrange

A lire également

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré s’il-vous-plait !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.