« Origine France Garantie » : Un nouveau label pour identifier et valoriser les produits français.

Le 26 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Faisant suite à un travail initié depuis 2009 sur la demande du président de la république, Yves Jégo a présenté le 19 mai dernier le nouveau label « Origine France Garantie » à l’assemblée nationale.

Origine France garantie 

 

C’est un logo qui sera mis en place sur la base du volontariat de la part des entreprises.

Pour l’obtenir, les entreprises doivent respecter 2 critères cumulatifs :

  • Le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles est en France (assemblage, fabrication, montage…)
  • Au moins 50% de la valeur du produit correspond à des activités de production en France.

La certification est confiée au Bureau Veritas et un audit annuel est prévu pour assurer le maintien de la conformité.

C’est une association d’entreprises et d’organisations professionnelles créée en juin 2010, Pro France, qui s’est chargée de travailler à la création de ce label. L’objectif clairement annoncé est de mettre en avant les produits nationaux, de valoriser le savoir faire français, d’assurer une meilleure traçabilité pour les consommateurs, de protéger les entreprises nationales et de relocaliser l’emploi.

Cette certification devrait faire l’objet d’une promotion ambitieuse tant sur le territoire français qu’à l’export. Dans le secteur agroalimentaire, Les brasseries Kronenbourg sont les premiers à obtenir cette appellation « Origine France Garantie ».

Saluée positivement par de nombreuses personnes, cette initiative n’a pas que des défenseurs. Sur son blog, Michel Edouard Leclerc déclare : « Ce label ne servira pas à grand-chose. Il n’apporte aucune valeur ajoutée, aucune garantie de qualité supérieure. Il ne fait référence à aucun savoir-faire spécifique. »

Made in France, made in région, made in département, made in ville, made in champs ?

Du point de vue du consommateur, cette estampille sera-t-elle suffisante ? A l’heure où le local s’affirme de plus en plus, le consommateur se rapproche de son terroir. La dimension régionale voire départementale ne suffit plus. L’acheteur veut tendre la main à « son » producteur ; d’où le fleurissement sur les packagings alimentaires des photos et adresses des exploitants agricoles à l’origine du produit en rayon. Les marques régionales comme « Produit en Bretagne » apportent une caution officielle supplémentaire à cet engouement.  

Un label de plus ?

Dernièrement annoncé, l’étiquetage environnemental devrait voir le jour après l’été 2012 quand les entreprises participantes à l’expérimentation lancée par le gouvernement rendront leurs copies. Le PNNS 3 préconise aussi l’instauration d’un label nutritionnel différenciant les aliments « sains » des aliments « lim » (à limiter).

Dans un tel paysage, ce nouveau logo trouvera-t-il sa place dans l’esprit d’un consommateur déjà très sollicité par tant d’informations ?

LogosImage extraite du blog de M.E. Leclerc

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.