Pharma 3.0 : les TIC réinventent l’industrie pharmaceutique

Le 23 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Face à des contraintes croissantes dans le médicament, l’industrie pharmaceutique se repositionne sur des offres globales de santé, qui intègrent des applications smartphones, les réseaux sociaux, des capteurs et produits sans fil…

 

... Le secteur s’ouvre donc aux partenariats avec des entreprises TIC, et de fortes synergies sont possibles aux niveaux technique et commercial.

L’industrie pharmaceutique est actuellement soumise à des contraintes fortes :
- la plupart des brevets des médicaments blockbusters tomberont dans le domaine public d’ici 2013,
- il devient très difficile de développer et valider de nouvelles molécules,
- l’essor des génériques et la pression sur les prix sont forts notamment sous la poussée des gouvernements qui cherchent à limiter la hausse des dépenses de santé.

Sous pression, cette industrie cherche donc à se diversifier : 
- en élargissant son activité : nutrition, cosmétique, esthétique…
- en développant des services autour du médicament : diagnostic médical, éducation thérapeutique, observance et accompagnement du patient, médecine personnalisée…

Plus globalement, les entreprises pharmaceutiques ne seront plus seulement des développeurs et distributeurs de médicaments, ils vont devenir des fournisseurs de solutions de santé. Ceci consiste à délivrer un diagnostic et un traitement (qui n’est pas que médicamenteux), et à relever des données sur le patient pour interagir avec les médecins et optimiser le traitement.

Cette nouvelle approche, que Ernst&Young appelle la « pharma 3.0 », a conduit l’industrie pharma à démultiplier ses projets de produits ou services TIC : applications smartphones, réseaux sociaux, produits sans fil…

Le traitement d’affections chroniques, notamment celles liées à l’âge, est le domaine « pharma 3.0 » qui présente le plus de potentiel car le suivi continu du patient permet d’influer fortement sur l’évolution de la maladie.

Quelques exemples de produits ou services TIC déjà déployés par la « big pharma » ou en passe de l’être :
- diffusion d’informations sur les traitements, auprès des malades. Ainsi, le site web allemand lungenkrebs.de d’AstraZeneca permet de se familiariser avec les diagnostics et traitements du cancer du poumon, à travers une application interactive 3D : lungenkrebs.de,
- rappels automatiques d’échéance de vaccins,
- pour les diabétiques : capteur de glycémie sans fil, connecté au smartphone pour gérer le traitement. Le projet BGStar en est un exemple.
- sensibilisation des patients à travers un « serious game » : le système Bayer Didget, qui cible les jeunes diabétiques, associe un système de mesure de glycémie à une console Nintendo et récompense la régularité des analyses glycémiques en offrant des jeux.

Certains de ces services peuvent être appliqués ou transposés au cas des seniors.

Sur ce marché « pharma 3.0 », l’industrie pharmaceutique fait face à la concurrence des équipementiers médicaux, des prestataires de services informatiques et des opérateurs télécoms. Pour y répondre, cette industrie s’ouvrent aux partenariats avec des entreprises TIC. Les complémentarités sont en effet fortes. Les entreprises pharma disposent de compétences médicales et scientifiques importantes, sont en relation avec les médecins et hôpitaux (à travers les programmes de recherche et les visiteurs médicaux) et avec les autorités de santé (agrément et financement des produits  de santé), disposent de réseaux de prescription et de distribution, donc disposent de moyens pour concevoir, expérimenter, faire valider et déployer des solutions. Elles disposent par ailleurs de marques connues du grand public.

De son côté, le secteur TIC disposent de compétences en développement d’applications, interfaces, technologies sans fil, capteurs, traitement de signal, fusion de données… qui font défaut à l’industrie pharma, et qui lui permettraient d’accélérer son évolution de métier. Certaines entreprises ont d'ailleurs déjà mis en place des programmes de partenariat, y compris avec des PME disposant d’expertises en TIC, dans une logique d’accéder à un marché à fort potentiel. Exemple : sanofi aventis.

Les collaborations entre TIC et industrie pharmaceutique n’en sont donc qu’à leurs débuts.

Sources

[[http://www.ey.com/CH/fr/Newsroom/News-releases/20110330-Le-secteur-pharmaceutique-developpe-de-nouveaux-modeles-dentreprise ][Etude Ernst&Young]]
#
[[http://interactivepdf.sanofi-aventis.com/BrochurePartner2010-06/index.htm ][Programme de partenariat sanofi aventis]]
#
[[http://lungenkrebs.de/_mshost3352566/Lungenkrebs_interaktiv/Start.html][Univers interactif Astrazeneca sur le cancer du poumon]]
#
[[http://www.bayerdidget.ca/About-Didget/Product-Demo][Serious game BayerDidget pour diabétiques]]

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.