Bosch et Daimler main dans la main dans les moteurs électriques

Le 20 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Mercedes et Bosch ont annoncé la création pour juin 2011 d'une coentreprise destinée à développer et produire des moteurs électriques. Elle sera détenue à parts égales et implantée en Allemagne, à Stuttgart. Les moteurs sortiront d'usine en 2012 et seront destinés, bien évidemment à Mercedes et Smart, mais aussi à d'autres constructeurs.

Si une telle coopération entre un équipementier et un constructeur très rare jusqu'à présent devient possible, c'est qu'elle permet aux deux acteurs de créer des synergies de coûts, de savoir-faire technologiques et ainsi d'accélérer le développement de ce type de motorisation. Dans un contexte où les volumes à produire peuvent être trop faibles pour amortir les investissements à mettre en oeuvre et où un constructeur comme Daimler développe plusieurs technologies en parallèle (moteurs hybrides, piles à combustible), le partenariat permet de mutualiser les coûts de développement et de production.

Bosch développe depuis plusieurs années des efforts de recherche sur les motorisations électriques. L'entreprise a par exemple travaillé avec PSA au développement des hybrides diesel à transmission intégrale électrique. Bosch a également fabriqué pour le constructeur l’électronique de puissance et les moteurs électriques. Bosch dispose d’ores et déjà d'un portefeuille complet de produits pour groupes motopropulseurs hybrides et électriques. Parmi ces produits, on peut trouver des dispositifs de contrôle de l'énergie dans les véhicules hybrides et électriques, ainsi que des moteurs électriques à couple élevé.

Une chaine de valeur plus orientée vers une mutualisation des technologies entre acteurs

Daimler a déjà noué un partenariat avec Renault sur la mutualisation des petites plateformes (Twingo/Smart) qui selon certaines sources devrait également concerner les motorisations électriques. La motorisation thermique était jusqu'à présent un savoir faire stratégique des constructeurs. L'émergence des motorisations alternatives électriques bouscule ce positionnement. Maintenir un effort de R&D de plus en plus intense sur le thermique pour améliorer les performances et développer en parallèle les nouvelles technologies dont les débouchés de marché en volume sont encore incertains poussent les constructeurs à ce type d'alliance. Les actionnaires de Daimler ont d'ailleurs critiqué l'abandon d'une compétence clé à un équipementier. L'exemple de Renault est également intéressant : après avoir évoqué la production en interne des moteurs électriques, il semble que Continental soit sélectionné pour fournir les moteurs de Renault

A lire également

Revue de presse Mobilités du 17/04/18

Le 17/04/2018

Véhicule individuel - Voiturette électrique - Uber - Diversification - Hydrogène - Bretagne - Livraison dernier kilomètre - ISO 50001

Les projets Mobilités du concours Crisalide Éco-activités 10 !

Le 17/04/2018

Le concours Crisalide Éco-activités révèle chaque année des projets innovants associant réponses aux enjeux environnementaux et développement économique. Le nombre de projets déposés, 77 cette année, en fait un observatoire du marché. Cette année 7 projets ont été présentés autour des Mobilités.

Revue de presse Mobilités du 10/04/18

Le 10/04/2018

Bornes de recharge - IA - Big Data - Smart City - Voiture électrique - Rennes - Véhicule solaire