Food4Good : une gamme de poissons qui garantit une pêche durable.

Le 18 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
7 références dont 4 MSC et 3 Bio composent cette nouvelle gamme de poissons éco-certifiés. L’engagement éco-responsable de Food4Good ne se limite pas à la provenance de ses poissons…

Food4Good 1 Food4Good 2

Une gamme complète Bio ou MSC

Pour les poissons sauvages, Food4Good propose le label MSC.

Cette éco-certification MSC est délivrée en fonction de : l'état de santé de la ressource (du stock de poissons en fonction des espèces), le respect des écosystèmes (méthodes de pêche), enfin un système de gestion efficace de la pêcherie. Sous cette certification, Food4Good propose du saumon sauvage argenté, du cabillaud, du merlu blanc du Cap et du colin lieu.

Pour les poissons d’élevage Food4Good a développé une gamme Bio.

Ce label garantit la qualité de l'alimentation des poissons, leur bien-être, un traitement vétérinaire minimal, l'absence de pollution des eaux, … Dans son offre Bio, Food4Good présente du saumon, du bar et de la daurade.

La priorité de Food4Good : la pêche durable

Le local est choisi quand il existe des produits de la mer éco-certifiés de proximité comme la daurade royale et le bar bio français. Mais à fin 2010, 100 pêcheries étaient certifiées MSC dans le monde et seulement 2 en France. Good4Food propose donc de sélectionner les produits issus de la  pêche durable  là où ils se trouvent, comme le saumon sauvage argenté du Pacifique.

L’engagement éthique : une démarche globale

  • Pour les provenances lointaines, l’avion est proscrit au bénéfice du bateau pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Les poissons sont alors surgelés.
  • Les emballages sont en carton éco-certifiés FSC (gestion durable des forêts). Les encres utilisées sont d’origine végétales et certifiées « Imprim’Vert »
  • L’emballage est facilement recyclable et génère peu de déchets (pas de plastique, pas de bisphénol A ni de phtalates).
  • Pour chaque boite vendue, Food4Good reverse 0.10€ à des associations de protection de la nature. On peut choisir l’ONG de son choix sur le site Internet.

Plus de clarté sur un sujet encore peu maîtrisé par les consommateurs

De nombreux messages sont omniprésents dans les médias sur la surpêche et le nombre toujours plus grand d'espèces menacées. Les logos environnementaux fleurissent sur tous les sujets et il n'est pas toujours simple pour le consommateur de s'y retrouver. La certification Bio semble entrée dans le référentiel collectif, ce qui n'est peut-être pas encore le cas du label MSC.

Avec une gamme de ce type, entièrement dédiée à la pêche durable, le consommateur n’a plus à s’interroger sur la pertinence de privilégier une espèce ou une autre. Un packaging différenciant et un nom de marque universel augurent d’une initiative qui pourrait trouver sa place sur le marché.

Pour l’instant, cette nouvelle gamme est disponible dans trois magasins Biocoop : Le Biocoop du Faubourg (Paris IXème), celui du Retour à la terre (Paris XIème), et celui des Queues de cerises (Issy-les-Moulineaux).

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...