Pour les Français, la consommation responsable et durable, c’est d’abord la consommation locale.

Le 13 mai 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Ethicity a publié son baromètre « Les Français et la consommation responsable 2011 ». Si la prise de conscience qu’un autre type de consommation possible augmente, le critère essentiel mis en avant pour une plus grande durabilité de la consommation est la proximité et la consommation locale. Et le bénéfice attendu est d’abord personnel.

Les Français et la consommation durable

La notion de développement durable progresse dans la connaissance des Français mais seulement 42 % associent le développement durable aux trois piliers (les 3 à la fois) que sont la protection de l’environnement, une nouvelle forme de croissance économique et l’équité sociale et la lutte contre les inégalités.

La protection de l’environnement progresse par rapport à 2010 + 6 points, la dimension économique est mieux intégrée + 3 points, mais l’équité sociale perd 1 point en restant à un niveau très faible (6%).

Pour les Français, consommer responsable, c’est consommer autrement  45 %  +10 points. Par contre, on n’observe pas l’émergence d’une envie de dé-consommation.

Ethicity Consommer responsable

Dans leurs comportements habituels, les français déclarent :

  • Eviter les produits en conditionnement individuel 32 %
  • Eviter les produits qui ont trop d’emballage 27 %
  • Privilégier les produits à km 0 (production locale)  24 %

Ethicity consommation responsable 2 

 

La proximité est le critère le plus plébiscité par les Français pour une consommation plus durable.

 

En affinant, 55 % d’entres eux déclarent qu’il s’agit de favoriser l’emploi local.

La notion de proximité apparait aussi dans la volonté des français de voir apparaître sur les étiquettes l’origine des matières premières (48%) et en second, le lieu de fabrication (40%). Ces 2 critères sont soin devant l’impact sur la biodiversité (31%), l’impact sur le changement climatique (27%) et la garantie environnementale de production (25%).

La consommation durable : un bénéfice d’abord personnel

Ethicity consommation responsable 3 

 

L’engagement pour une consommation responsable a pour 1er levier la santé.

59 % pensent que l’environnement peut avoir des conséquences sur la santé. L’inquiétude la plus souvent nommée est la pollution 44% en 2011 pour 26 % en 2010. Ce « danger » perçu est loin devant

  • la pénurie d’énergie 11%,
  • la pénurie de matières premières 14%,
  • la déforestation 18%,
  • l’extinction des espèces animales ou végétales 24%
  • ou même  le réchauffement climatique 27%

63% de la population ne pense pas que la mondialisation soit une chance de progrès. D’ailleurs à la question « Quel est le premier critère qui vous ferait acheter des produits de commerce équitable », l’item produits garants d’une éthique commerciale est passé de 33% à 26% entre 2010 et 2011 quand la proposition produits fabriqués en France a progressé de 18 à 23%

La consommation durable : une responsabilité avant tout individuelle

Les individus sont les acteurs majeurs du changement pour 47% des Français. En seconde position est cité le rôle des états pour 43,1% et des organismes internationaux pour 35,3%

La population trouve que les politiques et les collectivités locales ne prennent pas suffisamment en compte les enjeux environnementaux et 46% estime que les gouvernements devraient contraindre davantage les entreprises à produire dans le respect du développement durable.

La confiance dans les grandes entreprises est à son niveau le plus bas depuis 2006 (seulement  37%) alors que 43% pensent que les entreprises devraient avoir un rôle d’exemplarité.

Enfin, 60% des sondés seraient davantage convaincus d’acheter des produits « Développement Durable » s’ils avaient des preuves concrètes de leur meilleure qualité.

Rappel de la méthodologie de l'étude

3557 individus

Représentatifs de la population française âgée de 15 à 74 ans

Enquête terrain du 15 février au 10 mars 2011

Auto-administrée par voie postale

A lire également

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

FeedItBag ou la seconde vie "green" du sac de course

Le 13/07/2017

Une opération de la chaîne de supermarchés allemande Edeka propose des sacs de course à double usage permettant de faire pousser des légumes. Le sac plastique reste néanmoins, dans l’imaginaire collectif, le premier symbole de pollution... L’usage émotionnel associé au FeedItBag réussira t’il à contourner cette forte représentation ?

[...]

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]