Hénaff. Facebook développe la notoriété de l’authentique petite boite bleue.

Le 29 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Internet est devenu un *média social incontournable* : Facebook affiche 500 millions d’utilisateurs dans le monde dont 18 millions en France. *L’entreprise Hénaff* met à profit son e-réputation pour *renforcer le lien avec ses consommateurs* et étendre sa notoriété au-delà de nos frontières.

La montée en puissance du Web 2.0 (blog, réseaux sociaux, chats, forum) donne aux industriels des opportunités pour se rapprocher de leurs consommateurs. Sur Facebook ou Twitter, les internautes n’hésitent pas à donner leur avis sur les marques (grâce au bouton « J’aime » sur Facebook par exemple). Ainsi Coca-Cola ou Starbucks réunissent plusieurs millions de fans à travers le monde. Mais ce n’est pas sans risques puisque cela oblige les marques à s’adapter aux codes de ce nouveau média. Lorsque certains industriels doivent avoir recours à des Community Manager pour pallier de potentielles attaques, la société Hénaff voit sa marque ré-enchantée, indépendamment de  toute initiative de sa part. Après le succès du pique-nique géant, organisé par un fan en août 2010 sur une plage finistérienne, la marque organisera cet été des « garden pâté » aux quatre coins du monde.

35000 fans sur facebook… Quelles  sont les clés de cette excellente e-réputation ?

Dans un univers anxiogène, les consommateurs plébiscitent les valeurs liées au passé, valeurs refuge et réconfortantes.

Chacun connait la petite boîte ronde bleu métallisé à connotation nostalgique et reflet du terroir. Elle fait partie des produits que l’on met spontanément dans son caddie, au cas où...

Si l’entreprise Hénaff a su se diversifier, elle est aussi restée très attachée à la notion d’authenticité, tendance particulièrement porteuse aujourd’hui.

  • Côté logo, la présentation a su évoluer sans que le consommateur ne s’en aperçoive : la boîte bleue semble toujours la même depuis cent ans. Et même si le bocal a fait son apparition, la boîte demeure.
  • L’adresse -Jean Hénaff, 29710, Pouldreuzic, Finistère, France- n’a pas changé.
  • La composition minimaliste est en parfaite adéquation avec le retour au basique et la simplification actuelle des recettes : viande de porc (91%), dont jambon (20%), fumet, foie de porc (2.5%), sel, épices. Conservateur : nitrite de sodium, soit 6 ingrédients. 
  • Enfin, Hénaff a une histoire à raconter. Rappelons que Jean Hénaff (1859-1942), agriculteur et père de 13 enfants, a ouvert en 1907 sa conserverie de légumes qui deviendra en 1914 une conserverie de pâté. Il parle autant le breton que le français et porte le costume traditionnel bigouden.

L’entreprise profite ainsi pleinement de cette vague nostalgique puisqu’aujourd’hui, ce sont 35 millions de boîte qui sortent des usines chaque année.

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

Le Snacking Nocturne : une solution aux attentes latentes des consommateurs !

Le 03/05/2017

Ouvrir un sachet de chips en cachette, grignoter discrètement avant d’aller se coucher, faire face aux fringales nocturnes inavouées… autant d’attentes latentes repérées sur les réseaux sociaux qui ne trouvent pas encore leur réponse. Saisissez l’opportunité de développer des catégories ou de proposer de nouveaux instants de consommation !
[...]

Gamme classique Brasserie de l'Hermine

La Brasserie de l’Hermine affiche un ancrage régional… pour revendiquer son identité gustative !

Le 24/04/2017

Capitaliser sur son identité régionale, c’est le positionnement opté par de nombreuses marques. La Brasserie de l’Hermine, fière de porter certains attributs bretons, fait le choix d’un ancrage régional plus modéré, inscrivant ses origines dans une histoire plus large pour assumer la "belgitude" de ses bières et revendiquer son caractère gustatif !