Les réseaux sociaux moteurs du développement des véhicules électriques ?

21/04/2011 (modifié le 21 avr. 2011)

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Passer d’une mobilité carbonée exploitant massivement le véhicule personnel thermique et permettant un haut niveau d’autonomie à une mobilité décarbonée va requérir des changements de comportement assez profonds. Sans nul doute, les réseaux sociaux ont un rôle à jouer dans le changement de paradigme lié à ces nouvelles mobilités. Le bon sens développé par les communautés partageant une vision alternative, leur capacité à participer à la conception et au fonctionnement de services de mobilité pourront contribuer, sinon à inventer de nouvelles solutions, en tous cas à accroître la performance de la multi-modalité. Non plus armé d’une voiture personnelle mais de bon sens, d’un smartphone et d’applications innovantes, les individus deviennent acteurs voire organisateurs et fournisseurs de mobilité.

 

Le crowdsourcing dans le domaine de la mobilité durable

Le crowdsourcing (participation de la foule (« crowd ») à un processus de co-creation) se répand ainsi assez vite, notamment aux Etats-Unis dans le domaine de la mobilité et les initiatives toujours basées sur des développements utilisant les TIC se multiplient.

Dans l’Utah,  Next Stop Design est un projet collaboratif offrant au public la possibilité de proposer les meilleurs arrêts de bus avec en objectif de fond: encourager l’utilisation des transports en commun. Le site SeeClickFix.com existe depuis 3 ans et connaît un franc succès. Le principe est de signaler et de résoudre les problèmes rencontrés sur la voie publique : See (identifier le problème), Click (le signaler sur la cartographie participative) et Fix (résoudre le problème mis au jour publiquement). A Londres, l’application Cycle Parking 4 London permet de consulter le public pour le placement des futures stations de vélos.

 

Plugshare : le réseau social de la recharge

 

Application smartphone Plugshare

Plugshare de la start up Xatori

Forrest North, un ancien de chez Tesla, en collaboration avec la Start Up Californienne Xatori viennent de lancer le réseau social Plugshare. L’objectif est de recenser et géolocaliser les points de rechargement des stations mais surtout ceux des particuliers prêt à mettre à disposition leur borne de recharge à la communauté des conducteurs de véhicules électriques. Dans l’esprit du crowdsourcing, les particuliers ne sont pas rétribués par cette mise à disposition. On peut douter du modèle, mais le véritable objectif du projet tient dans les déclarations du fondateur Forrest North : « Nous voulons créer et soutenir une communauté qui propose un changement de paradigme quant à l’utilisation massive d’un type de transport plus propre ».

Cette forme d’engagement dans un réseau social pour une mobilité plus respectueuse de l’environnement pourrait en effet contribuer à modifier l’opinion aujourd’hui largement dominée par les « électro-sceptiques ». Au delà de l'engagement, ce service permet de rassurer le conducteur de véhicule électrique en garantissant l’accès simple à une prise de recharge en cas de panne sèche.

A lire également

2017 : Le GNV, Gaz Naturel pour Véhicules, passe la première !

Le 19/01/2018

2017 a vu de belles annonces. Nombres de signaux démontrent un engouement des entreprises et transporteurs pour la solution GNV, Gaz Naturel pour Véhicules. La structuration de cette filière progresse en France. Petite rétrospective.

L'électrique gagnerait haut la main l'analyse en cycle de vie face au thermique

Le 14/11/2017

Les prises de positions dans plusieurs régions du monde contre le thermique et pour l'électrique ravivent les interrogations sur la pertinence d'un choix électrique et notamment sur la réalité de son avantage environnemental. La revue des études de cycle de vie réalisées par un universitaire belge apporte un éclairage à considérer.

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.