Glaces : l’été prépare son lot d’innovations

Le 19 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Fun, ludiques ou ultragourmandes, les glaces 2011 surfent pleinement sur le plaisir et proposent, comme à l’accoutumée de nombreuses innovations pour l’été.
 
 

glaces ludiques 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Fun et Ludique

  • Boncolac élargit sa gamme enfant avec les bâtonnets Cars parfums vanille fraise chocolat à l’effigie du nouveau héros de Disney.
  • Rolland propose Scooby-Doo Galactic, un bâtonnet vanille/fraise enrobé de vegecao (une pâte à glacer utilisée en confiserie composée généralement de sucre, de poudre de cacao et d’huiles végétales) et de billes multicolores.
  • Nestlé lance la première glace pelable à la banane sous la marque Pirulo. La partie pelable est une coque gélifiée (« jelly shell ») que l’on pourra ouvrir avec les dents.
  • Mio adapte Dora l’exploratrice en bâtonnet à la glace au lait parfum vanille, chocolat et fraise.

 

glaces gourmandes_
 

 Ultra Gourmandise

  • Häagen-Dazs innove avec Secret Sensations Crème Brûlée ou Chocolat fondant avec un cœur fondant en plus des morceaux de caramel ou de brownie.
  • Carte d’Or lance 4 nouvelles glaces Sensations : Nuit étoilée (macadamia), Cerisier en fleurs (vanille cerise), Soir d’été (vanille sorbet pêche) et Plaisir de chocolat noir.
  • Chez Ben & Jerry’s, Caramel Chew Chew est une crème glacée additionnée de sauce caramel et de morceaux de caramel fondant enrobés de cacao.
  • Nouveau parfum cappucino chez Gelati G7 pour des volutes italiennes toujours plus onctueuses.
  • La nouvelle gamme de cônes d'Unilever, Cornetto Enigma, est dotée d’inclusions et d’un cœur de sauce gourmand.
  • Poulain Rolland présente une mousse glacée chocolat noir extra.
  • Nestlé joue sur la gourmandise à l’américaine : chocolate toffee, vanille pécan, chocolate brownie, cookie &cream.

Les Français ne sont pas de gros mangeurs de glaces. Malgré un bon taux de pénétration dans les ménages (85 %) les quantités restent assez faibles : 6 à 7 litres par habitant et par an.

Un marché qui se doit d’être innovant

En France, la consommation reste, en effet, un marché très saisonnier. En conséquence, les industriels présentent en hiver leurs nouvelles tendances pour l'été qui suit. Le marché étant un marché d’impulsion, les marques se doivent  d’être innovantes pour fidéliser leurs consommateurs.

En 2010, le marché est resté mitigé avec un été en demi-teinte. La progression 2010/2009 a été de 2 % en valeur lors que les volumes ont accusé un différentiel négatif. Quelque soit la tendance de consommation, les innovations représentent toujours en moyenne 10 % du chiffre d’affaires annuel. Ce constat explique l’inventivité des marques avant chaque nouvelle saison.

2011 : plus ludiques et plus gourmandes

La gourmandise se décline cette année avec des cœurs fondants, des inclusions, des enrobages à effet pour des textures surprenantes en bouche. Côté fun, les marques déclinent des licences de marques qui raviront les enfants. Au-delà du produit qui se doit d’être bon, les noms seront évocateurs de plaisir sensuel et d’évasion. 

Si l’été est chaud, il sera sea, sun and glaces !

A lire également

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré s’il-vous-plait !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…

La cuisson en croûte se modernise !

Le 02/03/2018

Connue depuis le Moyen Age, la cuisson en croûte fait l'objet d'un nouvel engouement. De la simple tourte au pâté, les chefs rivalisent de gourmandises pour redorer le blason de ce plat emblématique et technique. Nouveaux usages, nouvelles technologies, les industriels ont un challenge à relever...

Boucherie, fruits et légumes : une segmentation de l'offre de plus en plus poussée.

Le 06/02/2018

Après les labels ou les mentions d'origine, la qualification de l'offre se précise. De la race à viande pour les hachés à la variété du fruit pour les jus, les desserts frais ou les purées, l'exigence accrue de qualification des ingrédients ainsi que la quête de qualité poussent les industriels vers une hyper-segmentation de l'offre.