La téléassistance : passer de la technologie à l'usage

Le 18 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La téléassistance, dont les premières offres remontent aux années 1980, a connu un développement continu mais beaucoup plus lent qu'espéré. Loin de se focaliser uniquement sur la technologie, ...

... quatre chercheuses ont tenté d'analyser les multiples facettes de la téléassistance et l'usage qu'il en est fait par le bénéficiaire mais aussi par son entourage proche et son "réseau de solidarité".

 

Face aux enjeux du vieillissement démographique, la téléassistance apparaît comme une des solutions pour faire face au risque de dépendance.

Afin de mieux définir ce qu’est la téléassistance, son évolution et ses perspectives futures, quatre chercheuses, Florence Charue-Duboc, Laure Amar, Nathalie Raulet-Croset (PREG-CRG, Ecole polytechnique-CNRS) et Anne-France Kogan (Ecole des Mines de Nantes), ont approfondi et analysé la problématique de la téléassistance au service du maintien à domicile.

Leur approche qualitative met en évidence la multiplicité des usages qui « débordent largement l’urgence et la convivialité ». Les opérateurs ne récitent pas une simple précédure d'intervention mais prennent en compte les spécificités individuelles de chaque cas. Ce sont de véritables « Médiateurs de proximité » et doivent faire face à :

  • une multiplication des usages: la personne âgée les contacte dans de nombreuses situations, ne se restreignant pas qu’à la chute,
  • une multiplication des usagers : l’entourage proche ainsi que les pouvoirs publics font évoluer le dispositif et doivent être considérés comme parties prenantes.

Ce rapport permet aussi de s’interroger sur la valeur de la téléassistance. Secours d’urgence, lien social avec l’extérieur pour la personne âgée, et intermédiaire, filtre et centralisation d’un certain nombre d’informations sur les abonnés pour le réseau élargi (famille, médecin traitant, conseil général).

La confiance étant un élément essentiel dans le processus d’acceptation, le rôle des prescripteurs proches de la personne âgée (famille, médecin, pharmacien…) est primordial dans la mise en place de la téléassistance, .

Un autre aspect mis en évidence est « l’importance de l’appropriation et du réflexe d’usage en situation critique ». Certaines personnes hésitent encore à se servir du dispositif de peur de gêner, d’où l’utilité des appels de test technique, de la relance en cas d’oubli, de l’existence d'un journal de bonnes pratiques ou toute autre démarche de sensibilisation auprès de la personne âgée et de son entourage.

Par ailleurs, en tant qu’intermédiaire, l’opérateur de téléassistance doit s'appuyer au mieux sur le « réseau de solidarité » de son client, afin de gérer la diversité des appels et maximiser les ressources disponibles (secours d’urgence ou simplement voisins). La connaissance de l’environnement social contribue grandement à l’amélioration de la qualité du service et à l’évolution de celui-ci.

Pour finir, une réflexion peut être construite quant à l’utilisation des bases de données conséquentes constituées par cette technologie. Leur potentiel est bien plus important qu’un simple reporting d’activité annuel. Tout en s'assurant du respect des règles d’éthiques et de confidentialité, de nombreuses applications sont encore à inventer : observatoire, segmentation…

Cet article a été inspiré du rapport de recherche réalisé par Florence Charue-Duboc, Laure Amar, Nathalie Raulet-Croset (PREG-CRG, Ecole polytechnique-CNRS) et Anne-France Kogan (Ecole des Mines de Nantes)

Rapport de recherche sur la téléassistance au service du maintien à domicile

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.