Chine: 10,5 milliards d'euros pour les véhicules électriques

18/04/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

BYD E6 ElectriqueSi l'on connaissait l'ambition de la Chine à vouloir développer des compétences et technologies dans le domaine des véhicules électriques et hybrides (voir La Chine impose ses exigences en matière de véhicules verts et Chine : Politiques de soutien du marché des véhicules),  on ne savait en revanche pas de quels moyens le pays allait se doter pour y parvenir. C'est désormais chose faite : la Chine souhaite mobiliser 10,5 milliards d'euros sur ce projet sur 10 ans!

Ce budget est destiné à soutenir un plan global qui a pour objectif de mener la Chine au premier rang du marché des véhicules verts avec un objectif de 5 millions de véhicules électriques vendus d'ici 2020.

Soumis au Conseil d'Etat Chinois, ce plan va indéniablement stimuler les acteurs nationaux déjà en place, positionnés sur les batteries et/ou véhicules tel que BYD et intéresser les constructeurs étrangers également en train de prendre position dans le domaine des véhicules verts. Par exemple, BMW s'est récemment associé au constructeur chinois Brilliance pour développer un véhicule hybride pour le marché local, une série 5 hybride Plug In, et teste également ses Mini E dans le pays.

Car si la Chine est actuellement le premier marché mondial de ventes de voitures, les perspectives de croissance du marché, associées au soutien politique du gouvernement et de certaines provinces (voir Le salon automobile de Pékin : Théâtre d’un marché chinois en plein boom) vont à coup sûr fournir les éléments d'un théâtre fourmillant d'acteurs cherchant à s'octroyer une part du gâteau. On notera par ailleurs que les chinois sont moins liés culturellement au véhicule thermique et avec 43 véhicules pour 1000 habitants en 2010, le saut vers les véhicules propres pourrait être beaucoup plus rapide que dans le reste du monde.

Et le pays n'a pas le choix : confronté d'ores et déjà à des problèmes de congestion de trafic et de qualité de l'air dans ses mégalopoles, la Chine doit trouver le moyen de répondre à ces problématiques en se tournant vers des technologies "vertes" tout en donnant un avenir à son industrie automobile.

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.