Retour sur le séminaire TIC et Seniors du 31 mars 2011 : les seniors et les facteurs clés de succès sur ce marché

Le 18 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le programme SAS - Sensibilisation, Accompagnement et Stratégies d’accès au marché des seniors - organisait son séminaire de lancement le 31 mars 2011. Parmi les nombreux thèmes abordés, cet article revient sur quelques idées-forces entendues sur la cible seniors et les clés d'accès à ce marché.

Qui sont les seniors ?

  • C’est en Europe et d’une façon générale dans les pays de la zone Nord que le vieillissement sera le plus fort. Ainsi le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus dans l’Union européenne croît de plus de 2 millions chaque année.
  • Parmi les personnes âgées, le taux de dépendance reste faible. On ne peut pas affirmer que « vieillissement = dépendance ».
  • Qu’est-ce qu’un senior ? Que signifie être vieux ? Ce sont des notions subjectives, la réponse dépend de qui pose la question :
    • pour l’homme de marketing les seniors sont les personnes âgées de plus de 50 ans, qui se construisent de nouveaux modèles de vie et de consommation, qui disposent d’un pouvoir d’achat.
    • pour l’Etat et les collectivités, qui interviennent dans le financement de la retraite et de la dépendance, on devient senior à partir de 60 ans (âge au-delà duquel peut être versée l’Allocation Personnalisée d’Autonomie)
    • pour soi-même, on entre dans la vieillesse en fonction de son « âge ressenti » (en général inférieur de plusieurs années à l’âge réel) et aussi en fonction de son état de santé. Selon les médecins le premier accident de santé sérieux intervient en moyenne à l’âge de 73 ans.

 MG 5400 retouchee

M.Hervé Sauzay

Seniors et TIC ?

  • Les plus de 60 ans sont de plus en plus adeptes des TIC y compris au quotidien : Internet, téléphonie mobile… 31% des seniors sont connectés à Internet. Leurs enfants et petits enfants jouent un rôle important dans l’introduction des usages TIC auprès des aînés.
  •  MG 5433

    Stand d'Alyacom

 

Facteurs clés de succès sur le marché des seniors

  • Le marché des seniors : une cible intéressante pour les entreprises, mais un marché complexe, large (22 millions de personnes en France) et transversal. Il est indispensable de considérer le public des seniors de façon précise car il présente une grande diversité. Pour travailler avec les seniors il faut comprendre comment « fonctionne » cette population.
  • La « règle des 5 S » selon Hervé Sauzay, créateur de l’Institut Français des Seniors : pour séduire la clientèle des seniors, le produit ou le service doit réunir les conditions ou les caractéristiques suivantes :
    • Sérénité (apporter du confort de vie)
    • Socialisation (favoriser l’intégration, la relation)
    • Simplicité
    • Sécurit
    • Service ++ : les seniors sont des consommateurs exigeants et rationnels, ils ont du temps pour s’informer (c’est la génération de l’écrit). En règle générale quand on conçoit un produit il faut investir 15% dans le service, mais pour les seniors c’est plutôt 30% : c’est sur des « détails » que ces consommateurs exigeants vont rester ou partir.
  • Aujourd’hui les entreprises s’intéressent en priorité aux « jeunes seniors » qui objectivement ont du pouvoir d’achat, mais à plus long terme ce sont les plus âgés qui comptent : en effet les baby-boomers d’aujourd’hui sont la cible âgée de demain. Et s’il faut s’intéresser aux plus âgés ce n’est pas seulement pour des raisons de marché, mais c’est aussi pour des raisons éthiques : le drame de la solitude est une réalité.
  • Les entreprises qui s’intéressent au marché des seniors doivent être dans une démarche d’anticipation en non pas uniquement une démarche réactive en réponse à un problème donné. Et mettre l’accent non pas tant sur les technologies mais sur les usages et les usagers. Ces entreprises doivent avoir une vision de l’éco-système du marché des seniors, comprendre la chaîne de valeur complexe et s’y positionner.
  • Les solutions doivent être expérimentées et construites ensemble (« co-construites ») avec les personnes âgées, les services d’aide aux personnes âgées et l’ensemble des acteurs du marché, dans une logique de partenariat et d’évaluation.
  • Le recueil des besoins de la personne âgée reste une étape délicate.
  • Se regrouper entre professionnels (ex. ASIPAG) ou concourir pour un prix (ex. Prix Technologies pour l’Autonomie du groupe Malakoff-Médéric) sont deux façons de gagner en crédibilité pour se faire connaître, reconnaître et impulser une action de lobbying.

 MG 5470 R1

 

Table ronde entreprises

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.