Confiserie. Haribo devra-t-il raviver ses couleurs ?

Le 11 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La nouvelle réglementation européenne concernant les *colorants azoïques* a poussé *Haribo* à abandonner les couleurs vives. Mais un an après, les ventes de certains produits phares s’en voient affectées…

Les produits de confiserie contiennent souvent des colorants artificiels offrant des couleurs vives, plébiscitées par les jeunes consommateurs. Or ce type d’additifs n’a pas bonne presse, notamment les colorants de synthèse azoïques. Selon l’étude de Southampton, ils pourraient y avoir un lien entre leur consommation et l’hyperactivité des enfants.

Contraint par la nouvelle réglementation européenne (règlement européen n°1333/2008) et pour éviter la notification « peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants » sur les packagings, Haribo a abandonné les colorants azoïques. L’entreprise a même pris le parti de substituer totalement les colorants synthétiques par du naturel. Les Dragibus entre autres affichent plus de naturalité mais, en contre partie, des couleurs plus fades… Un an après, l’entreprise pourrait être amenée à revoir sa copie car les ventes baissent.

 

Le consommateur recherche des ingrédients naturels, moins transformés…

Dans cette optique, Olivier Cima de Diana Naturals, déclare « que la recherche d’ingrédients colorants et de colorants naturels est une tendance de fond ; il estime à plus de 20 % leur augmentation entre 2009 et 2010 ».

La vague du clean label est donc une opportunité pour les industriels de se démarquer. Cependant il suscite aussi des défis : comment agir sur la formulation sans trop affecter les caractéristiques organoleptiques ? Peut-on modifier l’aspect visuel d’un produit -donc le plaisir- au nom de la naturalité ? Sachant que la couleur fait naître des attentes relatives à la saveur et renforce l'appétence du produit, le consommateur n’est peut être pas encore prêt à voir son diabolo menthe devenir transparent.

 

(*) Colorants azoïques : Jaune orangé S (E 110), Jaune de quinoléine (E 104), Carmoisine ou Azorubine(E 122), Rouge allura (E 129), Tartrazine (E 102), Ponceau 4R (E 124).

A lire également

Agrilait confirme son ancrage local et personnalise la relation entre le consommateur et SA région.

Le 18/01/2018

Sur un marché du lait longue conservation à la peine, le local est l’une des valeurs refuge. Pour preuve, "Le Lait d’Ici", "En direct des Éleveurs" ou "C’est qui le Patron" remportent les faveurs des consommateurs. Agrial, via sa filiale Agrilait, va plus loin dans sa communication en tissant un lien fort entre le consommateur et sa région…

Le "gender marketing" en alimentaire ne mise pas que sur la taille de la portion.

Le 19/12/2017

A l'heure où le "gender marketing" bat son plein dans les rayons jouets, certaines initiatives se démarquent en alimentaire. Non sans rappeler Charal et sa gamme "petit Appétit", les burgers genrés de Spar en Autriche misent sur le format pour créer des besoins différenciés entre hommes et femmes et donc multiplier les intentions d’achat.

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.