Allemagne : Le développement du véhicule électrique bilan et perspectives

11/04/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

En mai 2010, le gouvernement allemand fixait un objectif d’un million de véhicules électriques pour 2020. Aujourd’hui les constructeurs continuent de faire pression pour obtenir de nouvelles aides afin d’amorcer ce marché, mais la Chancelière Angela Merkel reste peu favorable à une prime à l’achat, pourtant mise en place dans de nombreux pays (voir Bruxelles veut harmoniser le développement du véhicule électrique)


 
Mai 2010 création d'une plate-forme nationale pour l'électromobilité (NPE) : Réunir l'ensemble des partenaires

Les allemands ont très vite compris que pour gagner la course au développement du véhicule électrique, il est impératif que l’ensemble des entités concernées puissent collaborer au sein de projets communs : de la production de l’énergie à celle de la motorisation innovante, en passant par le développement de batteries 100% « allemandes ». Ils ont donc rapidement mis en place une plateforme nationale de l’électromobilité, qui regroupe tous les acteurs (constructeurs, sous-traitants, centres de recherche, pouvoirs publics, fournisseurs d’énergie…). L’objectif est clair : faire rouler 1 million de voitures électriques d’ici 2020, sans aucun parti-pris technologique au départ. Toutes les pistes en matière de motorisation doivent être envisagées : tout électrique, pile à combustible, moteur hybride…
7 groupes de travail ont ainsi été créés sur les thématiques suivantes :

  • Technologies de propulsion
  • Technologies des batteries
  • Infrastructures de recharge et intégration au réseau
  • Normes, standardisation et certification
  • Matériaux et recyclage
  • Qualification du personnel
  • Conditions cadre

Ancre retour

 
Mars 2011: maitriser l’ensemble de la chaine de la valeur

Les constructeurs, qui doivent investir 12 milliards d’€ dans les 4 années à venir, souhaitent un coup de pouce des pouvoirs publics pour amorcer un marché encore inexistant (actuellement moins de 2 000 voitures électriques circulent en Allemagne), et trouvent l’ambition d’un million de VE en 8 ans bien pâle au regard des 500 000 véhicules/an, à partir de 2012, annoncés par la Chine.

L’Allemagne, pour rattraper son retard dans cette course, sait qu’elle peut compter sur un haut niveau de compétence dans différents domaines technologiques clés : électronique, énergétique, génie mécanique, chimie, TIC ou encore matériaux.

La NPE vient de publier un rapport intermédiaire sur le développement du VE. L’ambition de maitriser l’ensemble des technologies clés du véhicule électrique y est clairement affichée, depuis la batterie jusqu’à la gestion du réseau électrique.
Certains objectifs technologiques sont clairement définis, en particulier concernant les futurs moteurs électriques : l’Allemagne veut, d’ici 2020, doubler leur rapport masse/puissance (kW/kg), réduire leur coût de 2/3 et améliorer leur rendement de 5%. Par ailleurs, elle sait qu’elle a pris du retard dans le domaine du stockage de l’énergie. L’Allemagne va donc poursuivre ses investissement dans le domaine des batteries : Lithium-Ion, mais orientera sa recherche sur les batteries du futures : Lithium-Air, Lithium-Souffre et Zinc-Air.
Parallèlement à ce rapport intermédiaire, le ministère fédéral de l’économie et de la technologie vient de publier une étude sur les TIC et l’électromobilité.
Elle met en évidence le rôle important des TIC dans le secteur automobile. Aujourd’hui, elles sont présentes dans 80% des innovations relatives aux véhicules, et insiste sur l’importance des technologies de communications dans les nouvelles formes de mobilité, notamment celles liées à l’électromobilité : communication entre le VE et les réseaux d’énergie, service à la personne.


Pour l’instant le gouvernement allemand ne souhaite pas doper le marché du VE, par le biais d’importantes primes à l’achat, mais pour rester dans la course technologique, il fait confiance en sa capacité de collaboration entre les différents acteurs et ces importants investissements dans la recherche sur l’ensemble des technologiques clés.


Ancre retour

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.