Le local se fait chirurgical.

Le 08 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La tendance de la proximité dans la consommation alimentaire se poursuit et s’affine avec une géolocalisation de plus en plus pointue, tant dans la composition et la fabrication des produits que dans la communication des marques.

 

Biscuits St Michel

St Michel lance deux nouvelles références de biscuits « les Cocottes », en référence au logo de la marque : Cocottes céréales graines et Cocottes chocolat graines. A part le chocolat et le sésame, tous les ingrédients sont "made in France" :

  • Farine de blé CRC des pays de la Loire et Poitou-Charentes
  • Beurre Frais de Normandie
  • Oeufs fermiers de Loué
  • Sel de Guérande
  • Huile de Colza, Graines de Tournesol et Sucre de Betterave 100% français

Une carte de France s’affiche au dos du packaging et des flèches pointent chaque région d’origine des ingrédients. Avec son papier kraft de couleur terre, le packaging affirme une sobriété évocatrice d’un retour à des valeurs plus simples et naturelles et pousse ainsi plus loin l’aspect terroir.

             Lait Candia de ma région

Candia, filiale de Sodiaal, lance une nouvelle marque à partir de mai 2011. « Le lait de ma région » sera réalisé  à partir de laits collectés, conditionnés et distribués localement. 4 régions sont pour l’instant représentées :

  • Pays de la Loire,
  • Pyrénées,
  • Plaines du Nord,
  • Rhône-Alpes.

Ces régions ont été choisies en fonction de l’emplacement des usines de conditionnement pour éviter le transport. La philosophie est de collecter local, de conditionner local, de distribuer local et de consommer local.

Les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la notion de proximité. Ils y associent :

  • une notion de traçabilité rassurante pour l’approche sanitaire,
  • des valeurs éthiques liées à la préservation d’une agriculture durable et locale,
  • ainsi qu’une réassurance de la valeur gustative des produits terroirs, à l’ancienne, « comme avant »…

Cette tendance se décline depuis quelques temps déjà mais les industriels rivalisent d’inventivité pour apporter une touche toujours plus personnelle et ciblée.

Dans le cas de Candia, on arrive à la notion la plus aboutie du consommer local (pour une grande marque nationale) puisque les produits seront différents d’un endroit à l’autre.

Dans le cas de St Michel, c’est l’assurance qu’un produit transformé peut aussi afficher une proximité transparente sur un process de fabrication et d’assemblage plus complexe.

Dans cet exemple, c’est tout le patrimoine Français qui est mis à l’honneur avec l’assurance de bénéficier du meilleur de chaque contribution pour l’exacerbation du goût et du plaisir.

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...