Les TIC au service de la mobilité des seniors : étude du GART (Groupement des Autorités Responsables des Transports)

Le 12 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les "baby-boomers" bouleversent les idées préconçues sur la mobilité des seniors. Davantage motorisés et péri-urbains que leurs aînés, ils sont aussi de plus en plus mobiles. Pourtant, même si les besoins existent, peu de solutions TIC investissent ce marché.

Les générations du baby-boom arrivant à la retraite revendiquent un nouveau mode de vie, en décalage avec celui de leurs aînés. Ils sont plus individualistes, consommateurs et hédonistes, et aspirent au maintien de leur mobilité. L’impossibilité de se déplacer librement équivaut même pour certains à une « mort sociale ». Les motifs de leurs déplacements se diversifient et ces déplacements ne se résument pas aux trajets domicile-hôpital.

A ce jour, les investissements TIC en matière de mobilité répondent principalement à la problématique du handicap et découlent de l’obligation de mise en accessibilité des transports en commun et des lieux publics (suite à la loi du 11 février 2005). Toute personne doit pouvoir ainsi facilement « se localiser, s’orienter et bénéficier en toute circonstance de l’information nécessaire à l’accomplissement de son voyage ». Les technologies de l'information et de la communication sont une réponse à ces contraintes législatives. La création d’un système d’informations sonores et visuelles avertissant du prochain arrêt de bus en est un exemple.

Cependant l’enjeu du déplacement des seniors ne se restreint ni au handicap, ni à la dépendance et de nombreuses solutions TIC sont donc à inventer, en ne considérant pas uniquement l’outil mais la conception même du service qui doit être universel et facile d’accès. Les centrales de mobilité constituent la référence en la matière. Elles rassemblent les opérateurs de transport et délivrent des informations multimodales et de nombreux services (calcul d’itinéraires, d’horaires…) sur un guichet unique. Les TIC contribuent ainsi à la diffusion d’une solution simple et intergénérationnelle. Concernant l’Ille-et-Vilaine, c’est la centrale Illenoo-Services qui permet de planifier tout projet de déplacement au sein du département.

Autre exemple, la diffusion de récepteurs GPS pour piéton et d'applications de navigation sur smartphones permet à n'importe qui de retrouver facilement son chemin, des fonctions supplémentaires étant disponibles pour les personnes déficientes visuelles.

Pour finir, une offre « 100% techno » ne peut répondre totalement à la variété des besoins de cette cible « seniors » très hétérogène. Il ne s’agit donc pas de substituer la technologie à l’humain mais de la rendre accessible et utile aux plus âgés. Dans une logique de service, l’expérimentation et la coproduction entre collectivités, population et entreprises sont nécessaires.

 
Cet article a été inspiré de l’étude du Groupement des Autorités Responsables des Transports (GART) et est téléchargeable ici.

A lire également

Des outils numériques au service de la relation pharmacien-patient

Le 06/08/2014

A la fois professionnel de santé et commerçant, le pharmacien d'officine est souvent le point d'entrée dans le parcours de soins. Son rôle de conseil a été renforcé par les récentes évolutions réglementaires. Dossier pharmaceutique, applications pour smartphones... : de nouvelles solutions servent de support à la relation pharmacien - patient.

La m-santé à la recherche d'un modèle économique

Le 14/05/2014

Les applications et dispositifs de M-santé se multiplient de façon exponentielle, notamment avec l'essor des objets connectés. Pourtant peu de services ont trouvé un modèle économique viable. Des récentes études du BCG et des exemples de services M-Santé déployés permettent d'esquisser des recommandations sur les business models à tester.

Contrat de Filière Silver Eco

Contrat de filière Silver Economie : analyse et recensement des actions engagées

Le 20/03/2014

Le Contrat de filière de la Silver Économie a été signé le jeudi 12 décembre dernier en présence d’acteurs privés et publics du secteur par Arnaud MONTEBOURG, Michèle DELAUNAY et Gilles SCHNEPP, président de la FIEEC et PDG de LEGRAND. 3 mois après son lancement, les premières actions sont lancées parmi les 60 propositions de ce contrat.