Le drive, relais de croissance pour le commerce alimentaire

Le 07 avril 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le drive est une forme de distribution qui se place à mi-chemin entre le commerce en magasin et le e-commerce : le client vient retirer en voiture les courses commandées et payées sur Internet. Une formule encore récente qui connaît une forte croissance.

Les chiffres-clés des enseignes

Système U dispose actuellement du plus important réseau de "drive" avec 230 unités pour un chiffre d’affaires qui dépasse les 100 millions €. U annonce 130 ouvertures en 2011.

Leclerc comptait 65 unités en février 2011 pour un chiffre d’affaires de 179 millions € et devrait dépasser 1 milliard € de chiffre d’affaires en 2015 avec 400 unités, soit le potentiel de croissance le plus élevé. Chaque adhérent du groupement coopératif est autorisé à ouvrir deux "drive", l’un près de son magasin et le second situé de l’autre côté de sa zone de chalandise.

Auchan exploite 31 magasins à l’enseigne Auchan Drive (dont 8 ouverts en 2010) et 28 Chronodrive qui sont des lieux de stockage sans magasin (12 créés en 2010). En 2010 le drive a contribué à la croissance des ventes alimentaires d’Auchan malgré la perte d’attractivité des hypermarchés en France. Les ouvertures vont se poursuivre en 2011.

Casino compte 62 unités et prévoit 30 ouvertures en 2011. L’objectif du groupe de distribution est de couvrir rapidement la totalité de ses 115 hypermarchés. Chez Casino les "drive" sont aussi des points de livraison pour Cdiscount, site marchand du groupe.

Carrefour teste actuellement la formule du drive à Tours et Nantes. A Tours le drive est un entrepôt sans magasin; à Nantes les commandes sont préparées dans l’hypermarché de La Beaujoire.

Les "drive" ne sont pas soumis à la réglementation sur les ouvertures de magasins, lorsqu’il s’agit d’entrepôts de stockage et de préparation des commandes où les clients n’entrent pas. Ce qui pourrait donner l’envie à des enseignes étrangères de s’implanter en France.

Selon une étude du cabinet Kurt Salmon, le drive représenterait 15% de la croissance annuelle du marché des produits alimentaires et 45% des ventes alimentaires faites en ligne (Les Echos du 21 mars 2011).

Les atouts du drive

Une enquête publiée par Kantar Worldpanel en mars 2011 nous apprend que 900.000 ménages français ont utilisé le drive en 2010 dont une moitié sont des utilisateurs réguliers, soit 3,3 % du total des ménages. Au total les ventes dans ce circuit ont représenté l’an dernier 450 millions €, soit plus de 7,5 millions de paniers à 62 €. La progression du drive en 2010 est de 8% alors que les circuits hyper et supermarchés ne progressaient que de 2%. Selon Kantar Worldpanel la clientèle des "drive" est constituée principalement de jeunes familles urbaines, actives et pressées qui cherchent à gagner du temps. Ce qui n’empêche pas cette clientèle de revenir faire ses courses en grande surface, mais il s’agit alors des "achats plaisir".

Autre avantage du drive : le client peut retirer ses produits 1h30 après avoir passé commande en ligne. Il n’a donc pas à attendre la livraison à son domicile, et il évite ainsi les frais de livraison qui pénalisent le e-commerce alimentaire. Autant d’avantages qui expliquent un taux de satisfaction élevé. Idéalement le drive est implanté sur le trajet domicile – travail.

Une autre enquête du cabinet Parabellum réalisée fin 2010 dessine le profil de la clientèle du drive : cadres ou employés de 25 à 39 ans, avec enfants, et plutôt des femmes. La plupart des utilisateurs choisissent le drive le plus proche, situé à 8 km ou 10 mn en moyenne. Leur panier moyen est de 3.200 € par an.

En termes d’offre, les "drive" proposent seulement 5 à 6.000 références ce qui correspond à 10% de l’assortiment d’un hypermarché mais ils sélectionnent les articles les plus consommés.

Le retour sur investissement pour un drive est de 5 à 6 ans, deux fois plus rapide que pour un hypermarché traditionnel. Compte-tenu du nombre de références, les stocks sont plus limités que dans un hypermarché et les produits tournent vite, ce qui contribue à l’intérêt de la formule drive pour le distributeur. 

A lire également

Transformation numérique des TPE en Bretagne.

Le 18/11/2016

La Région Bretagne lance un appel à projets expérimental qui a pour but d'accompagner les TPE dans leur transformation numérique. L’objectif est de valider si ce type de programme peut réellement constituer un effet de levier sur les petites entreprises et de promouvoir le caractère transformant par les outils numériques.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.