Snacking : les déclinaisons de la praticité.

Le 31 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le snacking fait désormais partie du quotidien des consommateurs. Bon, tendance, pas cher mais de plus en plus sophistiqué, nutritionnellement plus correct mais avant tout PRATIQUE, le snacking suscite de nombreuses convoitises…

Né en restauration rapide, son succès est tel que d’autres segments lui empruntent ses codes : la restauration traditionnelle, les grands chefs, la restauration collective, la distribution automatique et la GMS. La concurrence est rude, l’offre s’étoffe tous les jours. La praticité est un pré-requis pour toutes ces innovations.

Facilité de transport, de stockage, d’utilisation… Sous quelles formes se manifeste cette praticité ?

L’édition 2011 du Sandwich & Snack show a mis en avant pléthore de nouveaux produits illustrant cette praticité, parmi lesquels les box demeurent largement représentées.

 

Snacking et praticité avec toujours plus de box / cup

La "Cup" d’Agis, le précurseur

La "Pastabox" de Sodebo, le Leader

La "Lunchbox" de Lustucru

cup Agis

 

Pasta box

box Lustucru

 

 

 

 

La « Kitchen Box » de Marie

"Vraiment" de Fleury Michon

La « Choucroute Box » de Stoeffler

Box Marie 

Box Vraiment 

Box Stoeffler 

 

Potentiel sur le marché :

 

Avec un chiffre d’affaire de 64 M€ et un volume de 6000 tonnes, les plats cuisinés individuels micro-ondables en box, cup ou autre conditionnement nomade suscitent une concurrence effrénée.

La fidélité des consommateurs de cup et autres box est importante. Selon une étude commandée par Sodeb’O, 40% des consommateurs de cup en mangent plus d'une fois par semaine. Christelle Buetas, chef de groupe marketing nouveaux marchés chez Sodeb’O estime que « le taux de réachat est de 90% ». Le potentiel reste énorme puisque seuls 6% des Français en ont déjà acheté, contre 55% pour les plats cuisinés frais.

Les marques présentes sur le marché par rayon :

Rayon frais : Sodeb'O (Pasta Box), Marie, Lustrucru (Lunch Box), Fleury Michon (Vraiment), Stoeffler (Choucroute Box), Herta, Traditions d'Asie, Saint-Jean (Saveur Express), MDD (Auchan, Casino, Leclerc...)

Surgelé : Picard (Ma boîte à pâtes), Thiriet (Envie de pâtes, Bami Goreng)

Epicerie : Panzani (Panza Cup), Barilla, D'Aucy Timbale

L’engouement pour ces conditionnements nomades gagne la majorité des acteurs du plat cuisiné :

Ce sont aujourd’hui plus de 10 intervenants et 80 références qui se partagent le marché.

A chacun sa stratégie :

  • en version santé : sans gluten chez Sodeb’O, riche en légumes chez Bonduelle, voire des légumes exclusivement chez Czon ou en soupe à l’instar de la Vraie Soupe par Marc Veyrat ;
  • en version « cuisine venue d’ailleurs » : les Wok de Sodeb’O ou Lustucru ; le Risotto d’inspiration italienne de Fleury Michon ; la gamme de box gourmandes « les Petits Plats du Monde » de Bergams ; la Kitchen Box de Marie propose des recettes ethniques (poulet et semoule façon kebab, crevettes et riz à l'espagnole) ;
  • en version terroir : les recettes Saveurs Express de Saint Jean proposent des ravioles sauce au Saint Marcellin et noix du Dauphiné ou encore des raviolois au basilic sauce provençale ; la Choucroute Box de Stoeffler, numéro un des produits frais alsaciens ;
  • en version froide : les salades en box de Lustucru ou Fleury Michon ;
  • en version bio et premium avec les Quenelles in a cup Bio de Giraudet ou les 4 variétés de box bio de Björg ;
  • en version « cible spécifique » : les petites box (200g) de Daniel Dessaint qui reprennent les codes des salades, avec la sauce à part, ciblent les femmes. L’enseigne Nooï (pâtes en box) cible spécifiquement les adolescents ;
  • en version apéritif : la Dwich Box de la PME Sauces et Créations ;
  • en version sucrée : des cup de fruits ou de biscuit à tremper dans le chocolat, les petits pots de fruits secs « Juste » de Un Air d’Ici.

 

Snacking et Praticité pour toujours plus de rapidité

On dit que la restauration rapide devient trop lente, tout du moins le temps de distribution du produit… La maîtrise du temps est donc cruciale. Si le consommateur français aime s’asseoir et prendre son temps pour déguster son sandwich, il n’est en revanche pas prêt à attendre pour qu’on lui délivre son repas. « Moins de temps avant le passage en caisse, plus de confort après », disait Olivier Schram lors d’une conférence au salon Cantina.

Le sandwich : comment concilier rapidité et fraîcheur ?

Sur le marché du sandwich, la grande distribution gagne des parts de marché : 24% des ventes de sandwiches en 2010 contre 20 % en 2008. Pour rivaliser avec cette GMS, très compétitive en termes de prix, les boulangeries ont un avantage précieux : leur savoir-faire sur le pain. Certaines boulangeries / sandwicheries préparent leurs sandwiches en avance. Gain de temps certes, mais une fois garni et réfrigéré, le pain perd de son croustillant.

D’autres boulangeries (ou les concepts type Subway) préparent les sandwiches à la demande, sous les yeux du client. Mais cela prend en moyenne 3 minutes, le risque est donc de voir sa file d’attente s’allonger…

Praticité et  facilité de manipulation sont donc primordiales pour les points de vente comme pour les consommateurs. Le concept Croust’Wich mise sur à la fois sur la rapidité et la fraîcheur.

 

Croust Wich

Il repose sur la séparation du pain et des ingrédients, ce qui permet de préserver le croustillant du pain qui n’aura pas été mis au frais. Les garnitures sont disposées sur une réglette (prête à être glissées dans le sandwich) et mises en valeur dans des vitrines froides.

 

Un site internet pour éviter les files d’attente ?

Le site « Vous avez choisi ? » propose une prise de commande sur internet dans certains points de restauration rapide de Paris. Le client peut récupérer le plat qu’il a commandé à l’heure qui lui conviendra, sans faire la queue.

 

Snacking et praticité pour toujours plus de culinarité

En France, de nouvelles convivialités se développent : brunch, plateaux TV, apéritif dînatoire. Cette tendance est largement pratiquée, essentiellement par les moins de 35 ans.

Le marché de l’apéritif dînatoire est donc en pleine expansion et connaît des croissances à deux chiffres. Cependant le segment est encore peu exploité.

Dans un contexte où les consommateurs recherchent des moments de partage ainsi que des expériences gustatives originales, les verrines ont un réel potentiel.

verrines Vivien paille

Vivien Paille lance ici un kit de gourdes à squeezer pour verrines. Le produit contient 12 petits verres en plastique, 12 cuillères, 3 gourdes de 150g pour le remplissage et 3 gourdes de 75 g pour le "topping" : crème de céleri et crème de lentille, délice de pois cassé pour la partie inférieure ; pesto, tapenade et tomate pour la garniture.

 

 

Conclusion

Après le Sirha en janvier, le Sandwich & Snack show a confirmé l’engouement des Français pour le snacking.

Si le déjeuner et l’apéritif dînatoire tirent le marché, le prêt à réchauffer de fin de journée decrait avoir un bel avenir. Il offre une solution pratique, en semaine, quand chacun court après le temps.

Jusqu'où ira le phénomène box / cup dont l'apport en matière de praticité est indéniable ?

A lire également

Des usages culinaires pour Bonduelle

Le 12/10/2017

Recommandations nutritionnelles, mise en avant du végétal par les restaurateurs, nouvelle forme de socialisation, politique de restauration collective en faveur du flexitarisme, le végétal est au centre des débats et de l'assiette ! Bonduelle réagit et innove en termes d'usages culinaires avec "Mes astuces légumes", au rayon surgelé.

Brut Butcher, concept 100% viande

Le 26/09/2017

Concept hybride entre boucherie et fast-food à la française, Brut Butcher, met à l'honneur la viande de boucherie. Nouvelle coqueluche de restauration "fast casual", ce concept a été lancé par une famille d'artisans bouchers qui a souhaité allier ses 2 passions, la boucherie et la restauration.

Du "ready to cook" dans l'univers carné

Le 22/09/2017

Dans un contexte de marché peu favorable, entre la méfiance envers les filières animales, la végétalisation de l'alimentation, les industriels de la viande doivent repenser leur offre pour répondre aux attentes du consommateur. A l'instar de Tönnies, Socopa se positionne sur le "Ready to cook", version porcine.