Agroalimentaire : les mini formats remportent tous les suffrages

Le 30 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
On ne présente plus les minis Magnum, ni même les Picollinis de MAGGI que l'on trouve en rayon depuis plusieurs années. Mais d'autres marques surfent sur la vague des mini formats.

Les mini formats aliimentaires

Ainsi ANCEL sort ses bretzels et sticks en format de 130g contre les 300g déjà sur le marché. Cette tendance se retrouve aussi chez ECOCHARD avec les minibilles de quenelles pour l'apéritif. HEINZ, lui, élargit sa gamme de ketchup en proposant un petit conditionnement de 220g. Quant à HENAFF, il propose ses saucisses fraîches en format mini (10 pièces pour 240g). En avril prochain, ce sera au tour de MARIE de lancer une nouvelle gamme de quiches, tartes et crêpes salées sous forme de
3 plateaux "A croquer" de 9 mini quiches, ou mini tartes au fromage ou mini crêpes. Les pâtissiers LOTUS (groupe belge) et KER CADELAC (Pâtisseries Gourmandes) se mettent aussi aux minis. Le 1er propose en effet des mini-frangipanes tandis que le second lance des mini quatre-quarts et bouchées individuelles baptisées tout simplement les "Mini's".

Décryptage

Ces minis produits surfent sur la tendance de la consommation plaisir. En effet, ils permettent aux gourmands de déculpabiliser en consommant leurs produits fétiches, mais pas toujours nutritionnellement corrects, en miniature. Ils favorisent également le mixage des saveurs et proposent d’imiter à la maison les menus dégustation des restaurants composés de nombreux plats à découvrir, mais en petites quantités.

Ils permettent aussi de toucher une clientèle plus vaste. Ils plaisent à tous les âges : aux adultes qui peuvent se rassasier en mangeant plusieurs petites bouchées et aux enfants grâce à leur format plus adapté à leur faim et à leur bouche.

Ces minis collent aussi à la tendance actuelle du snacking en s’invitant à l'heure de l'apéritif – repas informel par excellence et segment très porteur. Pour preuve les formats mini enregistrent la meilleure croissance de tous les plats élaborés (+ 18 % en volume pour les piccolinis).

Le repas traditionnel à la française s'en trouve chahuté. Les potées, pots au feu et autres blanquettes à partager en famille cohabitent désormais avec une manière de consommer plus individuelle où chacun peut choisir et créer son menu sur mesure au gré de ses envies culinaires.  

Sources

LSA n°2171 – 3 mars 2011 ; Linéaires n°267 – mars 2011.

Mots clés

gourmandise, plaisir

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.