Agroalimentaire : les mini formats remportent tous les suffrages

Le 30 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
On ne présente plus les minis Magnum, ni même les Picollinis de MAGGI que l'on trouve en rayon depuis plusieurs années. Mais d'autres marques surfent sur la vague des mini formats.

Les mini formats aliimentaires

Ainsi ANCEL sort ses bretzels et sticks en format de 130g contre les 300g déjà sur le marché. Cette tendance se retrouve aussi chez ECOCHARD avec les minibilles de quenelles pour l'apéritif. HEINZ, lui, élargit sa gamme de ketchup en proposant un petit conditionnement de 220g. Quant à HENAFF, il propose ses saucisses fraîches en format mini (10 pièces pour 240g). En avril prochain, ce sera au tour de MARIE de lancer une nouvelle gamme de quiches, tartes et crêpes salées sous forme de
3 plateaux "A croquer" de 9 mini quiches, ou mini tartes au fromage ou mini crêpes. Les pâtissiers LOTUS (groupe belge) et KER CADELAC (Pâtisseries Gourmandes) se mettent aussi aux minis. Le 1er propose en effet des mini-frangipanes tandis que le second lance des mini quatre-quarts et bouchées individuelles baptisées tout simplement les "Mini's".

Décryptage

Ces minis produits surfent sur la tendance de la consommation plaisir. En effet, ils permettent aux gourmands de déculpabiliser en consommant leurs produits fétiches, mais pas toujours nutritionnellement corrects, en miniature. Ils favorisent également le mixage des saveurs et proposent d’imiter à la maison les menus dégustation des restaurants composés de nombreux plats à découvrir, mais en petites quantités.

Ils permettent aussi de toucher une clientèle plus vaste. Ils plaisent à tous les âges : aux adultes qui peuvent se rassasier en mangeant plusieurs petites bouchées et aux enfants grâce à leur format plus adapté à leur faim et à leur bouche.

Ces minis collent aussi à la tendance actuelle du snacking en s’invitant à l'heure de l'apéritif – repas informel par excellence et segment très porteur. Pour preuve les formats mini enregistrent la meilleure croissance de tous les plats élaborés (+ 18 % en volume pour les piccolinis).

Le repas traditionnel à la française s'en trouve chahuté. Les potées, pots au feu et autres blanquettes à partager en famille cohabitent désormais avec une manière de consommer plus individuelle où chacun peut choisir et créer son menu sur mesure au gré de ses envies culinaires.  

Sources

LSA n°2171 – 3 mars 2011 ; Linéaires n°267 – mars 2011.

Mots clés

gourmandise, plaisir

A lire également

Désaisonnaliser et rajeunir l'image du gibier.

Le 19/01/2017

Au Québec, Canabec réenchante l'image du gibier… L'entreprise mise d'une part sur l'information en apposant des logos permettant facilement d'identifier l'intensité de goût. D'autre part, le fabricant joue la carte de l'usage avec le développement de gammes dédiées à des plats en vogue.

Royaume-Uni : les salades-traiteur prennent de nouveaux airs.

Le 19/12/2016

Pratiques, saines et savoureuses, les salades traiteur continuent de driver l'univers du libre-service. Nombre de marques surfent sur la tendance et l'offre s'enrichit au fil des innovations. Salades en bocal verre pour mettre les ingrédients en valeur ou salades servies sur pain plat, les industriels ne sont pas à court d'idées Outre-Manche…

Communication : et si les marques aidaient les consommateurs à se détendre ?

Le 19/12/2016

Le temps est une mesure fugitive. Tout se fait à allure effrénée, au niveau professionnel comme personnel. Ceci influence notre façon de consommer et, par voie de conséquence, notre bien-être. Certaines marques prennent le parti de nous faire ralentir… Aperçu de quelques communications axées sur la nécessité de se détendre ou de faire un break.