Consom'acteur : l’affichage environnemental, un enjeu de compétitivité pour les entreprises

Le 11 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’impact environnemental d’un produit va constituer une information qualitative supplémentaire pour le consommateur, mais surtout un enjeu de compétitivité pour les entreprises. En France, une expérimentation par 168 entreprises va débuter en juillet 2011, pour une généralisation un an après.

Objectif

Alors que 74% des consommateurs souhaitent avoir des informations environnementales sur les produits qu’ils achètent et que 46% seulement ont confiance dans les arguments écologiques annoncés par les publicitaires (Etude TNS Ethicity avril 2010), l’affichage environnemental a la double ambition d’améliorer la fiabilité des informations communiquées aux consommateurs et de stimuler les démarches d’éco-innovation des entreprises par l’élargissement des critères de différenciation concurrentielle. La dynamique de recherche de sobriété dans le cycle de production, dans la consommation d’énergie, la capacité de l’entreprise à être plus résistante face aux variations des coûts des matières premières feront également de cette démarche une réflexion stratégique pour les entreprises.

Les critères 

L’empreinte carbone, est le premier critère retenu (les émissions de gaz à effet de serre générées par le produit tout au long de son cycle de vie). De nombreuses enseignes ont déjà commencé à afficher un bilan carbone de leurs produits. On peut penser qu’a minima le critère de l’empreinte carbone qui a été retenu dans les dispositifs d’une très grande majorité des pays sera incontournable.

La France a souhaité y ajouter deux autres indicateurs : la pollution de l’eau (au travers de l’eutrophisation et de l’écotoxicité aquatique) et  l’érosion de la biodiversité.

Etat d’avancement

Il existe déjà un référentiel international appelé « la déclaration environnementale du produit « EPD system » qui s’appuie sur la norme Iso 14025*. Par ailleurs, Le Royaume-Uni a mis en place le « PAS 2050 » un outil méthodologique destiné à évaluer les émissions de G.E.S du cycle de vie d’un produit. Les entreprises qui s’engagent dans cette approche, doivent mesurer les émissions et s’engager à les réduire dans les 2 ans.  

L’approche multicritère, que la France a choisi de tester en 2011 devrait déboucher sur une norme AFNOR attendue pour l’été 2012. La confrontation des expériences ou réalisations des différents pays engagés dans cette démarche donnera lieu à des arbitrages, ne serait-ce dans un premier temps qu’au niveau de l’Europe !

Les finalités attendues par les entreprises et les outils mis à leur disposition :

Les entreprises vont :

  • Identifier et travailler à la réduction des impacts environnementaux dans l’analyse du cycle de vie des produits
  • Sélectionner les méthodologies scientifiques de comptabilisation
  • Choisir les meilleures techniques de communication des informations vis-à-vis de leurs clients.
  • Veiller à ce que cet affichage ne devienne pas un outil de discrimination face à leurs concurrents

Pour aider les entreprises à s’engager dans la démarche la plateforme Ademe-afnor propose déjà :

  • un référentiel BPX-323 qui indique les bonnes pratiques pour recueillir et donner des informations aux consommateurs 
  • Des documents sur le suivi de l’opération
  • Les comptes-rendus des GT méthodologie générale
  • Des référentiels par catégories de produits (alimentaire, le textile et l’habillement, l’ameublement, les produits de construction et de bricolage, l’entretien, les soins aux personnes, l’imprimerie et l’édition…)

Toutes les filières sont concernées, mais la filière agroalimentaire très présente dans l’ouest est en première ligne. Les choix et les différentes stratégies retenues par ces entreprises face à cette nouvelle réglementation vont être l’objet de toutes les attentions.

Pour en savoir plus sur cette opération : http://affichage-environnemental.afnor.org/

 

*La norme Iso 14025 est une norme internationale qui établit les principes et procédures de développement de déclarations environnementales de type III et des programmes correspondants. Les déclarations de type III de l’ISO 14025 présentent des informations environnementales quantifiées sur les produits, en utilisant  des paramètres prédéterminés, fondés sur la série des normes ISO relatives à l’analyse du cycle de vie. 

Sources

Dossier de presse Ademe-Afnor sur l’expérimentation de l’affichage environnemental :
http://affichage-environnemental.afnor.org/

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?