Révolution dans le packaging des grandes marques.

Le 11 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Quel est le point commun entre RICARD, CEREBOS, NESCAFE et HENAFF ? En ce début d'année, toutes ces marques se sont offert un *relooking*.

ricard Cerebos Nescafé Hénaff

Ainsi la bouteille de boisson anisée de RICARD aux formes et graphisme inchangés depuis sa création en 1932 s'offre un vrai lifting. Moins de rondeurs, cartouche en relief, étiquette "Paul Ricard, créateur" font preuve d'audace créative tout en respectant les valeurs historiques de l'entreprise.

Il en va de même chez CEREBOS qui, en épurant son emballage de sel fin, souhaite en faire un produit plus séduisant et attirant.

Quant à NESCAFE, il modernise son pot Spécial filtre en lui donnant des courbes plus élancées facilitant la prise en main et un système de fermeture chargé de préserver l'arôme.

Chez HENAFF, on élargit la gamme en proposant le célèbre pâté en version verrine dans le but d'attirer les inconditionnels du pâté en bocal, ceux qui veulent refermer leur emballage mais surtout un public plus féminin, plus jeune. Cependant ce nouveau conditionnement rejoindra la petite boîte métallique bleue sur les rayonnages car HENAFF ne veut pas supprimer son emblème depuis 1914.

Décryptage :

Les marques nationales reprennent de la vigueur. Elles représentent actuellement 60 % de parts de marché en valeur selon KANTAR WORLDPANEL.

Même si elles contribuent encore à près de 50 % de la croissance des hypers et supermarchés en France, pour la première fois depuis plus de 5 ans, les MDD s'essoufflent. Le nombre de références des marques de distributeur en rayon n’a cessé de s’accroître, perdant le consommateur dans une offre pléthorique et rendant, par conséquence, l’offre MDD contre-productive.

Seules gammes à tirer leur épingle du jeu : les MDD thématiques telles Casino Délices, Monoprix Gourmet, Carrefour Sélection, etc. Selon KANTAR WORLDPANEL, au 3ème trimestre 2010, elles ont enregistré une part de marché de 2,7 % soit une progression de 0,4 point sur un an.

De plus, la conjoncture, en légère reprise, donne envie aux consommateurs d'acheter un peu différemment. Ils souhaitent à nouveau se faire plaisir et se tournent vers les marques nationales.

Les leaders doivent creuser l'écart qui les sépare de leurs concurrents et des marques de distributeurs en affirmant leur différence. Pour ce faire, elles se recentrent sur leur cœur de gamme en donnant plus de modernité à leurs piliers historiques. Elles jouent ainsi sur le capital affectif lié à leurs produits. Les afficionados de la boisson anisée de RICARD par exemple déclarent "avoir le sentiment de rajeunir en même temps que la bouteille".

Sources

Les Echos – 21 février 2011 / Point de vente n°1088 - 21 février 2011.

Mots clés

communication

A lire également

Désaisonnaliser et rajeunir l'image du gibier.

Le 19/01/2017

Au Québec, Canabec réenchante l'image du gibier… L'entreprise mise d'une part sur l'information en apposant des logos permettant facilement d'identifier l'intensité de goût. D'autre part, le fabricant joue la carte de l'usage avec le développement de gammes dédiées à des plats en vogue.

Evolution des pratiques de consommation et de distribution de la viande : colloque Animal, viande et société, des liens qui s’effilochent ?

Le 20/12/2016

Les relations entre l’Homme et les animaux d’élevage ont évolué, modifiant les pratiques de consommation et de distribution. Le colloque organisé par le CIV en mai dernier, sur le thème "Animal, viande et société : des liens qui s’effilochent" a permis d'apporter des réponses aux nombreuses questions d’actualités qui impactent la filière viande.

Communication : et si les marques aidaient les consommateurs à se détendre ?

Le 19/12/2016

Le temps est une mesure fugitive. Tout se fait à allure effrénée, au niveau professionnel comme personnel. Ceci influence notre façon de consommer et, par voie de conséquence, notre bien-être. Certaines marques prennent le parti de nous faire ralentir… Aperçu de quelques communications axées sur la nécessité de se détendre ou de faire un break.