Infrastructures de recharge : comment accélérer le déploiement à moindre coût?

24/03/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Comment mailler rapidement les territoires avec des réseaux de recharge pour accompagner sinon favoriser les expérimentations et l'acquisition des véhicules électriques proposés par les constructeurs de façon économe?
Adapter le mobilier urbain pourrait être une piste pour accélerer le déploiement des bornes de recharge.

Borne de recharge pour véhicules électriques

Pour les consommateurs, les solutions de recharge, au-delà de prix d’acquisition et d’usage attractifs, doivent offrir des garanties pour éviter la panne sèche.

L’échange de batteries proposées par BetterPlace, le déploiement d’infrastructures de recharge lente ou rapide Vehicle-to-Grid, sont autant de solutions déjà évoquées ici.

Des solutions complémentaires permettraient par ailleurs de répondre à la variété des besoins des utilisateurs de moyens de mobilité électrique.

Au Japon, en Autriche et en Espagne, des initiatives d’adaptation de solutions existantes sont explorées pour offrir des bornes de recharge à moindre coût :

- Au Japon, les distributeurs automatiques (boissons, plats…) sont omniprésents. Des industriels ont imaginé de coupler un module de recharge à ces véritables éléments de mobilier urbain japonais, offrant ainsi un maillage très serré aux futurs acquéreurs de citadines électriques ;

- En Espagne comme en Autriche, ce sont les opérateurs de télécommunication qui imaginent s'appuyer sur leurs réseaux de cabines téléphoniques pour réunir moyens de communication et bornes de recharge.

Ces adaptations de mobilier urbain reposent sur un même constat : ces éléments du paysage urbain sont déjà connectés au réseau électrique, ils disposent de systèmes monétiques qui permettraient un paiement adapté et sécurisé et surtout ils offrent une alternative supplémentaire aux utilisateurs de mobilité électrique (vélos à assistance électrique, scooters, citadines électriques…).

A lire également

Quel cerveau pour la voiture du futur ? [par l'Atelier]

Le 29/09/2017

[Extrait de l'article initialement paru sur l'Atelier] La voiture de demain sera non polluante, ultra-communicante et autonome. Mais pour libérer le conducteur de toute tâche de conduite, celle-ci devra disposer d'une puissance de calcul conséquente. Une rupture technologique pour les constructeurs automobiles et leurs équipementiers.

La technologie diesel est-t-elle encore un avenir pour l'automobile ?

Le 22/09/2017

Depuis la déclaration de l'OMS en 2012 sur la nature cancérigène des polluants du diesel, les constructeurs ont accéléré le développement du "diesel propre" sans pouvoir inverser la tendance forte de baisse des ventes et dans un discours devenu bien difficile à entendre dans le contexte du dieselgate.

Les transports à la demande : la mobilité qui sauvera les villes ?

Le 15/09/2017

A l’occasion de la sortie du rapport de POLIS “Mobility as a service : implications for urban and regional transport”, nous avions envie de revenir sur les transports à la demande et leurs enjeux dans le tissu urbain.