La mode du coaching du "manger sain".

Le 03 mars 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Très tendance sur Internet, le coaching pour savoir comment s’alimenter de manière vraiment bio ou naturelle se développe et descend sur le terrain pour accompagner les acheteuses en magasins.

Le coaching est à la mode. Après le coaching sportif, le coaching affectif, le coaching nutritionnel, voici le coaching « naturellement bon et sain à manger ».

Nombre de sites fleurissent sur Internet qui permettent de faire des bilans personnalisés, d’établir des listes de courses pour la semaine, d’obtenir des recettes, de recevoir des mails de conseils ou de « recadrage », de dialoguer avec les coachs, d’échanger avec les autres coachés, de suivre ses progrès où d’avoir accès à des espaces documentaires.
Les consommateurs qui font appel à des cabinets de coaching sont principalement des femmes. Quand elles abordent le sujet, elles évoquent généralement une préoccupation autour de la minceur, faisant souvent un lien (mal informé) entre manger naturel et bio et manger nutritionnellement correct.
L’enjeu pour le coach est de démontrer que la minceur est la résultante d’une démarche qui allie provenance naturelle et règles nutritionnelles, qui se doit d’être durable dans le temps et qui ne doit pas être une finalité en soi.

Au-delà du coaching classique via internet, certains cabinets (à l’instar de Natura Coach) proposent un accompagnement terrain du patient/client. Le coach se déplace avec son coaché dans le magasin pendant ses courses pour décrypter avec lui les étiquettes dans le but de le rendre progressivement autonome dans ses choix. Le décryptage se fait autant sur les informations nutritionnelles que sur la naturalité des ingrédients qui composent l’aliment choisi.
Une seule contrainte incontournable de ce genre de démarche qui rapproche souvent le client d’aliments bruts ou peu transformés : se remettre à faire la cuisine !

Décryptage :

Dans une société où l’offre est multiple et tentante, il est souvent difficile de s’y retrouver et encore plus difficile de résister.

Trois phénomènes convergent :

  • Une cacophonie de messages qui troublent le consommateur et l’empêche de se forger une idée claire de la ligne de conduite à adopter,
  • Un besoin de réassurance « éclairée » sur ce qui est « bon pour moi »
  • Un souhait d’encadrement sur ce que l’on doit ou ne doit pas faire dans une société où tout est permis.

Le consommateur se tourne donc vers un professionnel pour être sûr d’être bien conseillé mais aussi pour être remotivé en cas de fléchissement de sa volonté.

En ajoutant une recherche de lien social dans un univers très individualiste où la solitude perçue n’a jamais été aussi forte, le coaching personnalisé trouve facilement son espace d’expression.

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

Un café aux actifs minceur

Le 12/09/2017

Porté par les préoccupations santé, le marché des compléments alimentaires affiche une forme au top ! La phytothérapie prend,aujourd'hui, une place prépondérante, notamment sur le secteur de la minceur. Fitalety, une start-up bretonne profite de cet engouement pour lancer une capsule de café aux actifs minceur.

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...