Commerce de proximité : du chariot au cabas.

Le 10 novembre 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le comportement des consommateurs évolue. Le segment de la proximité monte en puissance avec l'arrivée de nouveaux intervenants. Les distributeurs anticipent ou s’adaptent. La proximité devient le lieu de rencontre d’une nouvelle notion de services et de convivialité dans le point de vente.

• La proximité : Les enseignes doivent bâtir une relation de confiance avec leurs clients. Le consommateur est à la recherche d’une relation humaine personnalisée. La proximité, c’est aller chez quelqu’un. Le commerce doit être un lieu convivial.

• La flexibilité : La notion de service passe par des horaires d’ouverture élargis (le matin, le soir, le week-end). L’accessibilité des commerces à tout moment est attendue par les gens : ouverture jusqu’à minuit, paiement des factures, points colis, point Poste… Aujourd’hui la livraison à domicile ne suffit plus pour se démarquer il faut innover, étendre une stratégie multiservices uniques : pressing en 48 heures, distributeurs automatiques de billet, services de développement photos en 48 heures, vente de timbres, de cartes téléphoniques, photocopies, fax, accès internet Wi-Fi, toilettes, services repassage, clés minute, partenariats avec des prestataires externes…

• Le gain de temps : Aujourd’hui, un foyer sur deux fréquentes les magasins de proximité. Il répond au mode de consommation du moment, on veut gagner du temps. Famille éclatée, logements plus petits, on achète en petites quantités, au fur et à mesure. Les enseignes de proximité à deux pas de chez soi apportent une solution au consommateur.
A ce jour, 63% des consommateurs considèrent les courses comme une corvée. En 2004, ils n’étaient que 54%. Les consommateurs veulent faire leurs courses plus vite. Le temps moyen pour faire ses courses est passé de 1h30 en1980 à 45mn en 2005. Aujourd’hui on remplit son panier en 35 minutes à peine.

 Les arbitrages dans les dépenses : En 2009, les Français ont acheté en moyenne, 23 produits en moins que l’année précédente (-2% en volume). Les ménages fond plus d’arbitrage dans leurs dépenses « en ai-je vraiment besoin ».

• Le souci du développement durable : Enfin, les consommateurs veulent consommer de façon plus saine, sans prendre leur voiture qui pollue l’environnement. En 2009, la consommation de carburant a baissé de 7.5% en volume.


Décryptage : Changement de comportement du consommateur de plus en plus exigeant, un commerce pluriel serviciel, donner du sens à l’acte d’achat du consommateur.

Sources

Le Monde 3.02.11 « les enseignes de distributions se disputent une clientèle urbaine et pressée ». - Champ éco n°88 juillet 2010 « le grand retour de la proximité ? – Points de vente 10.01.11. « La ruée vers la proximité ».

A lire également

Passion Commerce : Les commerces du Pays de Rennes à l’honneur.

Le 30/09/2016

Quel commerce pour demain ? Renaud Sore-Larregain a apporté des clés de compréhension sur les évolutions des offres aux consom’acteurs. La dernière édition de Passion Commerce à la CCI Rennes mettait le focal sur ces nouveaux commerçants qui anticipent les exigences des consommateurs.

L'aide Stop essuyage

Risques professionnels en restauration : aide financière sèche-verres

Le 06/09/2016

Suite à une étude qui a été réalisée sur les TPE en 2013, il s’est avéré que le métier de la restauration était un métier à risque (chute dans les escaliers, chute en cuisine et en salle, des coupures avec des couteaux, des coupures avec du verre cassé).

Les français adeptes du commerce en ligne.

Le 26/08/2016

Le commerce en ligne des français ne cesse de progresser. Une étude de Journal du Net (JDN) fait ressortir une forte progression des commandes en ligne et de la valeur globale des achats.