Entreposage: limites et opportunités de la mécanisation

22/02/2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

A l'ère de l'automatisation et de la vente à distance personnalisée, la question de la mécanisation de l'entreposage se pose par définition. Maîtrisée depuis très longtemps dans le domaine industriel, celle-ci est-elle applicable à celui de la distribution?

Trois facteurs caractérisent les opportunités de mécanisation d'un entrepôt: recherche de compétitivité et de réduction des coûts logistiques, amélioration du taux de service et réactivité; optimisation du foncier. Ainsi, elle peut notamment s'envisager chez les prestataires logistiques spécialisés dans l'e-business, chez qui la préparation de commandes de détail avec des volumes importants à traiter suppose de modifier la configuration du process logistique; mais aussi chez les entreprises qui manipulent un grand nombre de charges palettisées sous fortes contraintes (entrepôts sous température dirigée par exemple) et qui souhaitent réduire l'impact de l'investissement en bâtiment ainsi que les coûts d'exploitation, en limitant la surface et le volume de stockage; on peut penser par ailleurs que la mécanisation du chargement / déchargement des camions permettrait d'améliorer la productivité des opérations de manutention, de limiter les temps d'attente, et de réduire le coût des transports.

Le lancement d'une telle démarche ne se décide qu'après avoir longuement réfléchi à la question, en s'entourant de spécialistes. Tout d'abord parce que la généralisation de la mécanisation n'est pas envisageable, et qu'elle ne se justifie pas financièrement dans un certain nombre de cas. Ensuite parce qu'il y a de nombreuses étapes à respecter (recueil des données, démarche de benchmarking, élaboration du budget d'investissement et calcul du ROI, définition du plan directeur...) avant de s'engager dans la mécanisation. L'automatisation physique des flux de marchandises est par ailleurs asservie aux résultats des traitements informatiques réalisés en amont, et donc largement dépendante de la capacité du système d'informations existants. Il ne faut surtout pas oublier que la mécanisation n'est qu'un moyen au service de la stratégie de l'entreprise. L'automatisation des processus implique enfin une parfaire maîtrise des processus de l'entreprise, depuis la réception de la commande jusqu'à sa facturation au client. La note du cabinet Elcimaï jointe illutre en détails cette problématique.

Sources

Newsletter d'Elcimaï, Logiguide de GCL

Auteur François Leblond, CCI Rennes

A lire également

Chasser les gaspillages en dessinant vos flux

Le 16/11/2015

Votre entreprise n’a de raison d’exister que pour apporter un produit/un service à un client. Pour le réaliser, de nombreux flux (biens, personnes, informations, argent) sont nécessaires. Mais tous ces flux, créent-ils vraiment de la valeur pour le client ? Ne seraient-ils pas plutôt une source de gaspillages ?

L'usine du futur propulse la supply chain au premier plan

Le 18/09/2015

Dans la smart factory, l’usine 4.0 ou l’usine du futur, les opérateurs, les machines, les produits, les chaînes et les sites de production communiquent et interagissent entre eux. Et le chef d’orchestre de tous ces échanges n’est autre que la supply chain.

La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10/09/2015

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.