La consommation Bio continue de se développer.

Le 18 février 2011

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L’agence bio vient de publier son baromètre 2010 de l’évolution du bio en France. Focus sur l’évolution de la consommation et la perception des Français face au bio.

Elargissement de la cible

Le bio continue d’attirer de nouveaux consommateurs. Les acheteurs, consommateurs de bio depuis moins de 2 ans, étaient 14 % en 2007, 20 % en 2009 et représentent aujourd’hui 25 %

Profil type du consommateur Bio

a1  Une femme    Agée d’environ 45 ans    Profession intermédiaire ou supérieure

Habitant dans une ville de + de 100 000 habitants (sauf agglomération parisienne)

A noter que l’âge moyen se réduit sur les nouveaux consommateurs bio.

Les types de produits consommés

Les fruits et légumes restent les produits les plus consommés.

a2

A noter le bas de classement pour les petits pots de bébé  6 % et le poisson  10 %

Fréquence de consommation

a3

Après une croissance continue de la fréquence de consommation entre 2007 et 2009, la consommation  se stabilise en 2010 et 43 % des Français consomment des produits biologiques au moins une fois par mois.

Les lieux d’achat privilégiés

a4

Les différents circuits sont privilégiés en fonction des produits consommés :

  • Fruits et légumes et fromages au marché
  • Viande à la ferme
  • Epicerie et boissons en magasins spécialisés

Motivations d’achat

Les motivations principales de consommer Bio restent centrées sur l’individu plutôt que sur le collectif.

a5

Les non acheteurs évoquent le prix comme frein principal à la consommation bio (79 %)

Les produits issus de l’agriculture biologique sont bien perçus par les Français et sont associés prioritairement à la naturalité (87 % des Français et 96 % des consommateurs/acheteurs de produits bio).

L’information du consommateur

La proportion de Français estimant être bien informés sur les produits biologiques continue sa progression depuis 2055. Ils sont 53 % à considérer être bien informés contre 40 % il y a 5 ans.

a6

C’est le logo AB qui possède la notoriété la plus élevée 89 %  Le nouveau logo européen, en place depuis juillet 2010, est quant à lui connu (déjà ou seulement…) par 13 % des Français.

a7      a8 

Particularismes régionaux

a9

La région parisienne et la région méditerranéenne sont les plus grosses consommatrices.

L’Ouest se trouve dans la moyenne nationale.

Impacts secondaires de la place du bio dans les esprits

Concernant les Français en général, la consommation bio se développe sur d’autres segments que l’alimentaire (entretien ménager (35 %), produits cosmétiques et d’hygiène (26 %), produits de jardinage (13 %), textile (12 %).

Les chiffres montent si on ne s’intéresse qu’aux consommateurs de produits bio.

a91

37 % des acheteurs bio affirme que ce mode de consommation les a amenés à changer leurs habitudes de consommation.

  • plus de produits de saison pour 93 % d’entre eux,
  • plus de produits frais pour 89 %,
  • moins de gaspillages pour 83 %
  • diversification des lieux d’achat pour 67 %,
  • augmentation des dépenses alimentaires pour 61 %,
  • davantage de cuisine pour 59 %

Le lien entre consommation de produits biologiques et autres pans de la consommation responsable reste stable. Les acheteurs mettent en avant des produits plus respectueux de l’environnement ou suivant les principes du développement durable. Pour ce faire, ils s’appuient sur les signes de reconnaissance suivants :

a92

 

Téléchargez le baromètre complet de l'Agence Bio.

2010 Agence Bio Baromètre Consommation Complèt

A lire également

Emplois alimentaires en Bretagne : chiffres clés

Le 10/01/2017

La CPREFP (Commission paritaire régionale de l'emploi et de la formation professionnelle) vient de publier les premiers chiffres issus de son observatoire sur l’emploi dans le secteur alimentaire en Bretagne. Près de 100000 personnes dans l’alimentaire, c’est 7% de l’emploi régional breton…

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.

L'identité bretonne : entre le bio, le mélange des genres, le fun et décalé…

Le 06/12/2016

La Bretagne est particulièrement dynamique en matière d'innovation agroalimentaire et demeure une véritable vitrine internationale. En misant sur la naturalité, le terroir, les entreprises "made in Bretagne" répondent aux attentes évolutives et montrent le dynamisme du secteur en matière d’innovation et d’adaptation.